Jelora.fr

Réparation magnétoscope Akai VT-100s

IMG_7915.JPEG

C’est après voir vu et revu le film de 1980 « Les sous-doués » de Claude Zidi et être resté intrigué pendant des années par l’appareil vidéo enregistreur qu’on voyait dans la scène du détournement de la vidéosurveillance par les étudiants que j’ai voulu savoir quel modèle c’était et en avoir un.


Dans la scène, on voit les étudiants s’empresser de mettre en place un appareil avec un petit écran, relié à un gros boîtier ressemblant à une alimentation et à une caméra.

Capture_sous_doues_5.png
Capture_sous_doues_2.png
Capture_sous_doues_3.png
Capture_sous_doues_4.png
Capture_sous_doues_6.png

En cherchant sur le net, j’ai fini par tomber sur un forum qui indiquait que cet appareil était un magnétoscope à bobine vidéo 1/4" de la série des Akai VT.

Cette série de magnétoscopes portables a été introduite par Akai en 1967 avec le modèle VT-100 enregistrant en n&b et utilisant des bandes vidéos 1/4".
Comparé aux autres magnétoscopes grand public de l’époque qui utilisaient de la bande 1/2", celui-ci était le seul à utiliser de la bande 1/4" identique en largeur aux bandes de magnétophone à bobines. Cette série restera la seule à enregistrer de la vidéo en analogique sur cette largeur de bande.
La composition de cette bande n’est pas la même que celles pour magnétophones.
Les bandes pour l’enregistrement audio utilisent de l’oxyde de fer avec cette couleur marron caractéristique (c’est littéralement de la rouille sur un ruban !).
Tandis que celles pour l’enregistrement vidéo sur magnétoscope utilisent du dioxyde de chrome.

IMG_7989.JPEG
IMG_7990.JPEG
IMG_7991.JPEGIMG_7992.JPEG


Par la suite, il y aura eu d’autres modèles apportant des évolutions :
- le VT-100s (celui dont je traite dans ce article) : ajout d’une fonction « STILL » pour continuer de lire la vidéo sur la bande lorsque la bande ne défile plus, un équivalent d’un mode « pause » actuel.
- le VT-110 : permet l’enregistrement depuis une source extérieur tel qu’un tuner en option pour enregistrer des programmes TV ou tout autre source vidéo avec un câble adapté.
- le VT-120 : amélioration de la qualité de l’image
- le VT-150 : enregistrement en couleur
- le VT-700 : gros modèle de salon qui enregistre en n&b mais avec des bobines de 18cm permettant théoriquement jusqu’à 1h de programme (sur les modèles 60Hz américains et japonais, donc probablement plus sur un modèle européen 50Hz)


Petite digression et avis personnel concernant ce que j’avais pu lire lors de mes recherches pour trouver le modèle de magnétoscope dans le film « Les sous-doués » :
A l’époque où je cherchais des informations sur le magnétoscope vu dans le film, j’étais tombé sur un forum avec des utilisateurs qui en discutaient. C’était il y a plusieurs années, je n’ai malheureusement pas réussi à retrouver la discussion.
Mais je me souviens que certains disaient qu’ils trouvaient étonnant de trouver un tel appareil dans ce film de 1980 car c’était déjà une machine dépassée lors de la sortie du film.
De mon point de vue, cela ne m’étonne pas tellement car vu que c’est pour une utilisation par des étudiants pour faire une bêtise, ce ne serait pas impossible que dans l’histoire ils l’aient acheté d’occasion à petit budget.


En septembre 2020, en regardant de temps en temps les annonces LeBonCoin en cherchant « Akai VT », j’en ai trouvé une pour un magnétoscope Akai VT-100s avec ses accessoires et qui s’allumait d’après les photos.

capture_2020_09_05_10_28.JPG

Le prix était un peu élevé pour du matériel ancien qui avait besoin d’être remis à neuf (parce que vu l’age il y a forcément des pièces fatigués) mais cela faisait un moment que j’essayais d’en trouver un à remettre en marche avec pas un prix aussi stupide que sur eBay.
Exemple de résultats sur eBay pour « Akai VT » avec des appareils remis en état et d’autres « en l’état » :

ebay_akai_vt.jpg


On peut encore en trouver de nos jours pour moins cher dans des états aléatoires allant de bon état comme celui jusqu’à avec des traces d’humidité.
Mais il faut se dire que le matériel sera forcément « pour pièces » ou à remettre en état à ce prix là.

leboncoin_akai_vt.jpg


J’ai contacté le vendeur de l’annonce pour discuter de la vente.
Celui ci a tenu à insister sur le fait que les courroies étaient HS et que les bobines du magnétoscope ne tournaient plus du coup. Ce point ne m’a pas étonné du tout vu l’age du matériel.
Il m’a raconté avoir essayé tant bien que mal de son côté de trouver des pièces de rechange pour son ancien magnétoscope mais il n’a jamais réussi, même en essayer de contacter Akai.
Il m’a également dit qu’il souhait conserver ses bandes magnétiques pour tenter de les faire numériser plus tard. Je les aurais bien voulu pour avoir des bandes à tester mais cela peut se comprendre si ces bandes contiennent des souvenirs de famille.

L’affaire était conclue, quelques jours plus tard j’ai reçu l’ensemble du matériel avec le magnétoscope Akai VT-100s et sa sacoche de protection en cuir, une caméra VC-115 et sa valise de rangement, une alimentation VA-110, un modulateur RF pour brancher le magnétoscope à une télé via la prise d’antenne (et oui la Péritel n’existait pas encore à cette époque) et un ensemble de documentations d’époque.

20200910_191313.jpg
20200910_191500.jpg
20200910_191031.jpg
IMG_7915.JPEG
IMG_7924.JPEG
IMG_7925.JPEG
IMG_7916.JPEG
IMG_7917.JPEG
IMG_7918.JPEG
IMG_7923.JPEG


Il est possible de retirer le couvercle qui protège le tambour vidéo ainsi que les têtes fixes en tirant simplement dessus :
IMG_7921.JPEG


En façade, on a tous les contrôles de base :
IMG_7930.JPEG
IMG_7931.JPEG


Dessous, il y a la trappe pour accéder au compartiment batterie où se situe d’origine un batterie au plomb 12V de 3Ah.

IMG_6844.JPEG
IMG_6851.JPEG
IMG_6861.JPEG
IMG_6832.JPEG



J’ai écrit un article dédié à la fabrication d’une batterie de remplacement pour ce magnétoscope juste là : lien
Ainsi qu’un autre article pour refabriquer en impression 3D des attaches neuves pour refermer le compartiment, celles d’origines s’étant dégradés : lien

Vu que c’est un magnétoscope portable, il y a une sangle avec pour pouvoir le porter en bandoulière :
IMG_8105.JPEG

Le magnétoscope avec ma batterie faite maison incluse pèse un poids total de 6,4 kg.
Avec les batteries d’origine au plomb, on a un poids qui monte à 7,3 kg !
De quoi bien se muscler l’épaule ! Ou rendre votre ostéopathe heureux ...

IMG_8103.JPEG


Sur les côtés du magnétoscope, on trouve les connecteurs de caméra, d’alimentation et de sortie audio/vidéo.

IMG_7929.JPEG
IMG_7928.JPEG


Sur le côté droit, il y a :
- le connecteur EIAJ 10-pin pour la caméra
IMG_8031.JPEG

- le réglage automatique ou manuel de tracking

- un connecteur Jack 3,5mm pour un microphone supplémentaire

- le connecteur DIN pour l’alimentation
IMG_8032.JPEG

Sur le gauche, il y a le connecteur de sortie vidéo :

IMG_7954.JPEG

Celui-ci sert pour y connecter un moniteur optionnel Akai VM-110 ou un modulateur RF.

IMG_8001.JPEG
IMG_8002.JPEG

Le modulateur RF venu en France ne semble pas avoir été fabriqué par Akai au Japon.
Au vu de la construction et du fait que je n’ai pas trouvé d’inscription dessus, je pense qu’il a été fabriqué par Akai France ou une par une autre boite française en petite série.
Le mien a été modifié pour avoir une sortie directe audio et vidéo composite (enfin juste la luminance vu que c’est un magnétoscope n&b) via une prise péritel qui n’existait pas lorsque le magnétoscope a été commercialisé.

IMG_8003.JPEG
IMG_8005.JPEG
IMG_8007.JPEG
IMG_8008.JPEG


De la documentation était également fournie avec cet ensemble vidéo :

akai_vt100s_1.jpg
akai_vt100s_2.jpg
conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_01.jpg conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_02.jpg
conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_03.jpg conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_04.jpg
conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_05.jpg conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_06.jpg
conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_07.jpg conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_08.jpg
conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_09.jpg conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_10.jpg
conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_11.jpg conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_12.jpg
conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_13.jpg conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120_14.jpg

Version PDF de la documentation sur les conseils d’emploi : Conseils_d_emploi_akai_vt100s_vt120.pdf

Pour aller avec tout ça et pour m’aider dans la réparation, j’ai pu trouver un manuel de service proche de celui pour mon modèle.
Il s’agit de celui du VT-100 fonctionnant en 60 Hz. Il y a donc des différences sur l’électronique par rapport à mon VT-100s en 50 Hz mais il peut tout de même servir de bonne base.
Manuel de service : akai_vt-100_video_tape_recorder.pdf


L’alimentation VA-110 se branche au magnétoscope via un connecteur DIN qui sert autant à alimenter le magnétoscope et la caméra qu’à recharger sa batterie 12V (au plomb d’origine) interne.

IMG_6898.JPEG
IMG_6899_2.jpeg

J’ai écrit un article dédié à la remise à neuf de cette alimentation juste là : lien


La caméra VC-115 se connecte via le connecteur EIAJ 10-pin qui fournit l’alimentation en 9V avec les signaux de synchronisation et de blanking.
En mode capture d’images, la caméra ne génère pas ses propres signaux de synchronisation. Elle a besoin du magnétoscope pour cela afin de contrôler le capture vidéo qui va donner l’image qui devra être synchrone avec le positionnement des têtes vidéos lors de l’enregistrement.
Cela permet également un allègement de l’électronique dans la camera ce qui n’est pas une mauvaise idée d’un point de vue du poids.
En lecture, lorsque le viseur électronique ne sert qu’à visionner ce qui a été enregistré, aucun signal de synchronisation séparé n’est envoyé à la caméra. Il n’y a que les signaux de synchronisation de base présents dans le signal vidéo contenant l’image envoyés du magnétoscope vers la caméra qui sont présents.

IMG_4143.JPEG
IMG_7968.JPEG

J’ai testé de brancher la caméra pour voir le rendu.
Elle s’allume, j’ai des traits obliques visibles à l’image mais celle-ci reste plutôt fine dans le viseur pour du matériel de cette âge.
J’ai des caméras plus récentes qui n’arrivent même pas à sortir une image stable dans le viseur.

20200910_195805.jpg
20200910_200004.jpg
20200910_201328.jpg
20200910_201500.jpg

Il faut bien noter que cette caméra s’alimente en 9V car la plus part des cameras vidéo de l’époque utilisant le même connecteur fonctionnaient sur 12V.
Si on alimente la caméra VC-115 en 12V au lieu de 9V, il a de très fortes chances que cela détruise l’électronique de la caméra.

Exemple avec un magnétoscope VHS Pathé Marconi VK306V (version rebadgée du JVC HR-2200-S) :
IMG_7966.JPEG
IMG_7967.JPEG

Il y aura un article dédié à la remise à neuf de cette caméra plus tard … ;)



Bon, maintenant le magnétoscope …

En testant de l’allumer puis de le mettre en lecture sans bande, je découvre l’arrêt automatique quand il n’y a plus de bande.
Je constate également que les bobines ne tournent plus. Ce qui est normal si les courroies sont mortes.


En attendant de trouver des bandes pour cet appareil, j’ai voulu l’ouvrir pour inspecter et voir ce qu’il y avait à remplacer pour tenter de le remettre en marche au moins mécaniquement dans un premier temps.

Pour l’ouvrir, il faut d’abord retirer le cache du tambour vidéo et des têtes fixes en le tirant vers le haut :

IMG_8045.JPEG

Puis dévisser la pièce qui cache le guide de bande de la bobine débitrice ainsi que le premier cabestan :

IMG_8046.JPEG
IMG_8047.JPEG
IMG_8048.JPEG

Il faut ensuite dévisser le guide tenu par un boulon, le petit galet du premier cabestan tenu par une vis et le gros galet du second cabestan en tournant le cache décoratif du dessus qui est en fait une vis :

IMG_8049.JPEG
IMG_8050.JPEG
IMG_8052.JPEG

Pour finir, il faut enlever les trois vis supérieurs ainsi que les deux vis inférieures qui font aussi attaches de fermeture pour le couvercle du magnétoscope :

IMG_8051.JPEG
IMG_8053.JPEG
IMG_8054.JPEG

On peut ensuite enlever le panneau supérieur et avoir accès à l’intérieur de l’engin.

20200911_223410.jpg
20200911_223422.jpg
20200911_223428.jpg
20200911_223530.jpg

Première chose que je constate : certains galets en caoutchouc sont en très mauvais état.
D’autres sont encore là mais sont très durs.

20200911_223438.jpg
20200911_223712.jpg
20200911_223610.jpg
20200911_223946.jpg

Petit détail visible sur une des photos : certaines vis sont abîmés. L’ancien propriétaire a peut-être tenté de jouer un peu trop avec.

20200911_223438_2.jpg

Seconde chose : il ne reste que les 2 courroies pour le compteur. Les autres ont disparu !
En fait non, elles n’ont pas disparus mais se sont décomposés en petits morceaux et l’ancien propriétaire avait gardé des petits morceaux.
Les petites taches blanches dessus ainsi que sur les galets sont le signe qu’elles ont moisi !

20200913_163857.jpg
20200913_163944.jpg

J’ai commencé par tenter de prendre des mesures de ce qui reste des anciens galets avec le diamètre intérieur, extérieur et la largeur.

20200913_144051_2.jpg
20200913_142531.jpg

Après cela j’ai nettoyé les supports de galets avec de l’alcool isopropylique.
Par moments, il pouvait y avoir des restes de caoutchouc difficiles à retirer. Pour les enlever je grattais soit avec un petit tourne-vis pour les plus gros morceaux, soit avec un du papier de verre 400. Ça prend du temps mais le résultat final est propre !

20200913_144000.jpg

A partir de mes mesures, j’ai commandé des galets chez WebSpareParts dont les caractéristiques s’approchaient le plus de ce que j’avais pu mesurer.
Quelques temps plus tard, j’ai reçu les galets et je les ai installés à la place des anciens ou ce qu’il en restait.

20200926_145650.jpg
20200926_145810.jpg
20200926_161837.jpg

Un des galets que j’ai acheté, celui qui sert au rembobinage, est trop grand. Pour celui là, j’essaierai d’en trouver un autre dans une prochaine commande.
C’est pas toujours facile de trouver le galet qui va bien. Il faut parfois un diamètre assez précis. De plus, quand on trouve le bon diamètre, cela peut-être la largeur qui fait défaut.
Si c’est la largeur qui est un peu moins grande que le galet original, c’est pas trop grave mais c’est pas optimal pour la transmission d’énergie.

20200926_145923.jpg

Avec 4 galets pas trop mal sur 5, la bobine réceptrice tourne !


Maintenant que je peux faire passer une bande et la recevoir dans une bobine réceptrice, il me faudra une bande !
De la bande vidéo 1/4", ça court plus tellement les rues et les bandes d’occasion pour ce matériel ne sont pas toujours faciles à trouver à prix correct.

J’ai donc voulu tenter une expérimentation : faire de la bande vidéo 1/4" en coupant en deux de la bande vidéo 1/2". On trouve cette dernière très facilement puisque c’est qu’utilisaient les cassettes VHS.
J’ai alors bricolé un petit outil avec une lame de cuter pour découper la bande en son milieux. En faisant défiler la bande de la bobine VHS à travers l’outil vers deux bobines 1/4" accueillant les deux demi bandes 1/2", j’ai pu obtenir de la bande vidéo 1/4".

20201004_174628.jpg
20201004_185051.jpg
EjgSYptXgAIIwk6.jpg
EjgSYNHXgAYy12s.jpg
EjgSZrvWoAQ7C3o.jpg
Pauvre Revox qui a rien demandé à personne … :D
20201004_201049.jpg

Bon… Le résultat de la découpe n’est pas excellent et aussi précis qu’en usine.
Mais j’ai quand même essayé ma bande découpée maison dans l’appareil.

20201004_221000.jpg

J’ai enregistré quelque chose et relu ensuite la bande. Le résultat n’est pas parfait, l’image saute mais elle est là.

...
--:-- / --:--
  • Télécharger ...
    • Qualité
      -

      J’ai décidé alors de tenter d’utiliser de la bande 1/4" destinée au matériel audio.
      En cherchant sur Internet, j’ai lu qu’il arrivait que les gens, dans les années 70, utilisaient de la bande audio 1/4" à la place de la bande vidéo pour des raisons de coût de la bande.
      Utiliser de la bande audio au lieu de bande vidéo faisait qu’on avait une moins bonne qualité d’image mais cela fonctionnait quand même.
      J’ai également lu que lorsque les gens utilisaient ce type de bande sur ce magnétoscope, elles finissaient par détruire des têtes vidéos qui passent très vite dessus car les bandes audio sont plus abrasives que les bandes vidéo.
      Je veux bien croire cette information car les bandes audio grand public n’était pas prévu pour défiler très rapidement sur les magnétophones grand public. En général, à 4,5 ou 9 cm/s.

      Sur ce magnétoscope, la bande défile longitudinalement à 23,85 cm/s pour les modèles 50 Hz et à 28,6 cm/s (11,25 pouce/s) sur les modèles en 60Hz.
      C’est énorme ! Les magnétophones semi-professionnels, comme le Revox A77 de l’époque, montent généralement jusqu’à 19 cm/s.
      Sur les magnétoscope, on a aussi des têtes vidéos rotatives qui tournent très vite pour enregistrer un maximum d’information. Sur cet appareil, elles sont à environ 6 m/s !

      (N’ayant pas pu trouver cette dernière information sur le net ou dans des documentations, j’ai pris le diamètre du tambour vidéo à 7,6 cm que j’ai multiplié par 25 pour 25 trames par secondes à 50Hz pour 1 trame par tête. Donc chaque tête vidéo parcours 597 cm en une seconde.)

      De plus, je pense que les bandes audio « cheap » de l’époque ne devaient pas aider si elles étaient éventuellement plus abrasives que les bandes audio de qualité normale.

      Les bandes vidéos sont donc moins abrasives à haute vitesse et peuvent stocker plus d’information.

      Mais qu’en est-il si j’utilise de la bande audio professionnelle pensée pour défiler rapidement devant des audios de magnétophones professionnels pouvant aller à 38 ou 76cm/s.

      J’ai donc commandé de la bande neuve récente RTM LPR35 chez Thomann pour tester.

      capture_bande_rtm_thomann.JPG
      IMG_8058.JPEG
      IMG_8059.JPEG
      IMG_8061.JPEG

      Le magnétoscope arrive à enregistrer et à relire (comme il peut vu son état encore) le contenu sur la bande :


      On remerciera le chat qui a bien voulu jouer le rôle d’acteur devant la caméra pour ce test en voulant rentrer dans la sacoche de rangement de la caméra. :D

      20201004_233436.jpg

      Le problème de largeur de bande imprécis étant réglé, j’ai désormais un support d’enregistrement, certes pas optimal car ce n’est pas de la bande vidéo mais suffisant pour continuer la remise en état.

      Pour savoir combien de temps cette bande pouvait durer sur ce magnétoscope, je l’ai laissée tourner jusqu’à la fin.
      J’ai obtenu une durée de 19 minutes et 48 secondes. C’est pas mal !
      Il m’a également été possible de voir de système d’arrêt automatique en fin de bande se déclencher.


      J’ai tenté de faire une nouvelle expérimentation en utilisant de la bande DV qui fait de base 1/4" en sacrifiant une cassette DV.

      20201025_145314.jpg
      20201025_170626.jpg

      Après avoir testé d’enregistrer puis de relire, c'est un échec ...
      Le signal vidéo lu est très faible (problème de bias ?) et la bande est tellement fine qu'il arrive qu'elle se glisse et se coince dans le petit espace où passe la tête du tambour vidéo en rotation.

      Quelques temps après, en achetant sur LeBonCoin un Akai VT-120, j’ai obtenu une bande vidéo Akai VT-5 d’époque et j’ai pu la lire sur mon Akai VT-100s.

      IMG_8057.JPEG
      IMG_0225_2.jpg

      Cependant, l’image saute beaucoup.
      J’ai remarqué qu’une de mes têtes fixes était de travers. Le positionnement des têtes a peut-être été bricolé par l’ancien propriétaire ...

      IMG_0968.JPEG

      A partir de cette bande d’époque qui contient théoriquement un signal correctement enregistré, je peux m’en servir comme d’un enregistrement de référence et réaligner les têtes fixes.
      J’ai pu obtenir quelque chose de correct à l’écran avec encore quelques sauts d’image.


      ...
      --:-- / --:--
      • Télécharger ...
        • Qualité
          -
          Le chat a comme d’habitude beaucoup aidé


          Puis je suis retourné à mon histoire de galets et j’ai commandé un nouveau galet pour celui qui fait le rembobinage.
          Ou plutôt exactement TROIS car je n’ai pas pu trouver UN galet avec la bonne largeur donc il a fallu en combiner trois !

          IMG_4097_2.JPEG
          IMG_6220.JPEG
          IMG_6221.JPEG

          Je vous l’avez dit, avec les galets c’est parfois un compliqué d’arriver au bon résultat …
          Mais au moins le rembobinage marche.
          Enfin ... il y a pas mal d’accoups et en fin de rembobinage, on voit que ça a du mal à continuer… Ça marche mais il faut aider un peu la mécanique à la main.

          ...
          --:-- / --:--
          • Télécharger ...
            • Qualité
              -

              J’ai laissé de côté cette histoire en attendant de trouver mieux car le fait de devoir combiner plus galets pour en faire un et être obligé d’utiliser du ruban d’adhésif épais pour arriver au bon diamètre ne me plaît pas trop …
              En attendant, ça « marchouille » et je peux quand même continuer pour la suite.



              J’ai commencé alors à m’occuper à remettre en l’état l’électronique !
              Dans un appareil électronique des années 70, qui a donc une cinquantaines d’années au moment où j’écris ces lignes, il y a un type de composants qui a de très fortes chances d’être défectueux avec l’age : c’est les condensateurs chimiques.
              Afin d’obtenir une électronique qui fonctionne parfaitement, il faut tous les remplacer.

              D’abord, une analyse générale.

              Mais pour cela, il faut sortir l’intérieur du magnétoscope de son boîtier en plastique afin d’accéder au dessous.

              Commercer d’abord par retirer les 6 vis en dessous :
              IMG_6844_2.JPEG

              Puis les 3 vis sur les côtés :
              IMG_7928_2.JPEG
              IMG_7929_2.JPEG

              Et pour finir les 4 vis de la façade pour la retirer :
              IMG_8086.JPEG

              Il n’y a plus qu’à lever l’intérieur du magnétoscope avec son châssis pour qu’il sorte :
              IMG_8087.JPEG
              IMG_8088.JPEG
              IMG_8089.JPEG

              On a de l’électronique au dessus de l’appareil et ainsi qu’en dessous.

              IMG_4097.JPEG
              IMG_4098.JPEG

              N’ayant que le manuel de service pour le VT-100 en version 60Hz et ayant un VT-100s en version 50Hz, j’ai pu tout de même m’en servir pour identifier ce que faisait chaque PCB :

              IMG_4097_3.JPEG
              IMG_4098_2.JPEG

              L’espace vide en haut à droite, c’est le compartiment pour batterie.
              Un article dédié où j’en fabriqué une sur mesure existe déjà : Fabrication d’une batterie de remplacement pour magnétoscope Akai VT.

              Certains condensateurs semblent avoir fuit :
              IMG_4100.JPEG

              Le positionnement de ce condensateur céramique m’étonne. Je trouve que c’est bon moyen pour faire un court-circuit entre les pattes.

              IMG_4104.JPEG

              Je vois aussi quelques condensateurs au tantale. Ce type de condensateur est connu pour faire des court-circuits en vieillissant. Ils seront remplacés en même temps que les condensateurs chimiques.

              IMG_4115.JPEG
              IMG_4116.JPEG

              Après ce petit tour, c’est parti pour étudier un peu plus chaque condensateur chimique et tantale et de les lister.

              IMG_4101.JPEG
              IMG_4102.JPEG
              IMG_4103.JPEG

              Ces blocs verts ou oranges sont des modules de circuits intégrés spécifiques.
              Ces modules seraient appartement peu fiables.
              De part leur forme pas très standard comparé à aujourd’hui et même déjà à l’époque pour des circuits intégrés, on pourrait se dire que ça serait très compliqué de trouver des pièces de remplacement.
              Et bien pas tellement ! Non seulement, on peut tenter de les fabriquer soi-même en utilisant des « gros » composants car on peut trouver leur schéma interne de certains de ces modules dans le manuel de service mais en plus, certains passionnées ont carrément recréé ces modules !
              Plus d’informations là : http://www.dasarodesigns.com/projects/designing-replacements-for-the-hybird-ics-used-in-the-akai-vt-100-video-recorder/
              Et là : https://antiqueradios.com/forums/viewtopic.php?f=3&t=161384&start=40

              LM-1.png
              Source image : http://www.dasarodesigns.com/wp-content/uploads/2014/03/LM-1.png

              Voici un exemple de remplacements de modules sur un Akai VT-110 par des versions « maisons » et par des versions modernes sur PCB par dutchflyingpilot :

              Cette vidéo YouTube de dutchflyingpilot a été archivée sur Peertube : lien

              Le système d’arrêt automatique est relativement simple.
              Il y a un micro-switch qui commande l’alimentation principale et un levier.
              A l’arrêt ou lorsqu’il y a une bande, ce levier levé maintient ce micro-switch en position activée.
              Mais lorsqu’il n’y a plus de bande, le levier parcoure tout son chemin et relâche le micro-switch qui coupe l’alimentation.
              IMG_8042.JPEG
              IMG_8044.JPEG
              IMG_8043.JPEG


              Reprenons notre lisiting de composants …

              IMG_4119.JPEG
              IMG_4120.JPEG
              IMG_4121.JPEG
              IMG_4111.JPEG
              IMG_4112.JPEG
              IMG_4113.JPEG

              Les vieux restes de courroies ou de galets en caoutchouc, ça se fout partout …
              IMG_4109.JPEG

              Je me suis étonné par moment par les choix techniques faits comme avec ce câble beaucoup trop long je trouve :
              IMG_4105.JPEG

              J’ai noté les caractéristiques suivantes pour chaque condensateur :
              - Catégorie (« Chimique », « Tantale », ...)
              - Marque et série (quand c’est identifiable)
              - Type (« General purpose », « Low ESR », …)
              - Capacité
              - Tension
              - Dimensions physiques (Longueur, largeur et écartement des pattes si nécessaire)

              Cela représente donc en tout 82 condensateurs à remplacer dont 71 chimiques et 11 tantales.
              IMG_4123.JPEG
              liste_condensateurs.JPG

              Liste des condensateurs au format PDF : Akai VT-100s - Composants d'origine et de remplacement.pdf

              Le chat m’a une fois de plus beaucoup aidé dans la réalisation de ce listing. :)

              IMG_4092.JPEG
              IMG_4093.JPEG
              IMG_4094.JPEG
              IMG_4110.JPEG



              A partir de ce que j’ai noté, j’ai alors commencé à chercher des références de composants de remplacement.
              J’ai décidé de remplacer toutes les condensateurs chimiques et tantales par des condensateurs chimiques de chez Nichicon et Panasonic.

              J’aurais pu remplacer les condensateurs tantales par des condensateurs du même type au tantale mais je savais qu’à l’époque de cet appareil les condensateurs tantales étaient parfois utilisés en remplacement des condensateurs chimiques en raison de leur plus petite taille.
              Vu qu’on est sur un appareil portable, cela paraît logique comme utilisation. Surtout qu’il est quand même déjà d’une certaine grosseur et lourd.

              Mais si on s’en tient juste à l’aspect physique et dimensionnel, les condensateurs chimiques d’aujourd’hui ont bien réduit en taille et il est tout à fait possible de trouver des chimiques neufs de la même taille voir plus petits que les anciens tantales de ce magnétoscope.

              Je ne suis d’ailleurs pas bien fan des condensateurs au tantale qui ont la fâcheuse tendance à défaillir en se court-circuitant.
              Je préfère les condensateurs chimiques qui « meurent » un peu plus progressivement.

              Bon. Si par contre l’utilisation de la technologie tantale avait une réelle utilité ici, comme le fait d’avoir besoin obligatoirement d’un condensateur avec un ESR très faible, bien sûr que je reviendrait en arrière et je remplacerai alors les anciens tantales par du tantale neuf.

              J’aurais pu le faire dès le début mais je voulais voir ce que ça allait donner avec des condensateurs chimiques de bonne qualité et pour voir si la théorie de l’utilisation des tantales au lieu de chimiques juste pour leur taille était vraie.
              Si l’appareil marche bien avec que des condensateurs chimiques, c’est qu’elle l’est bien.


              Quelques temps plus tard, j’ai reçu tous mes composants. J’ai pu alors commercer le remplacent des anciens condensateurs.

              Les condensateurs de remplacement sont bien plus petits que les anciens !

              IMG_4777.JPEG
              IMG_4783.JPEG

              IMG_5383.JPEG
              IMG_5384.JPEG
              IMG_5389.JPEG
              IMG_5390.JPEG

              En dessoudant les anciens, j’ai pu remarquer que certains condensateurs avait de belles traces de fuites.

              IMG_4774.JPEG
              IMG_5382.JPEG

              La quasi totalité des condensateurs chimiques présentaient des signes de fuite de courant faussant la lecture au testeur. Juste quelques uns étaient encore « corrects ».

              IMG_8119.JPEG IMG_8120.JPEG
              IMG_8121.JPEG IMG_8124.JPEG
              IMG_8122.JPEG IMG_8125.JPEG
              IMG_8127.JPEG IMG_8126.JPEG
              IMG_8128.JPEG IMG_8129.JPEG
              IMG_8130.JPEG IMG_8131.JPEG
              IMG_8132.JPEG IMG_8133.JPEG

              Pour les condensateurs au tantales, certains étaient bon et d’autres plus tellement bon :

              IMG_8115.JPEG IMG_8116.JPEG
              IMG_8117.JPEG IMG_8118.JPEG
              Le condensateur de droite a une bonne capacité mais un ESR un peu élevé



              Après cette remise en état de l’électronique, j’ai testé de faire un enregistrement.
              C’était bien meilleur mais pas complètement. Le défilement de la bande semblait légèrement instable.


              En regardant la mécanique, j’ai aperçu que le premier galet, qui à l’origine semblait avoir été bougé d’après les traces laissés sur les vis, n’appuyait pas complètement sur le cabestan en fonctionnement.

              IMG_5394.JPEG
              IMG_5395.JPEG

              Il a fallu aussi réajuster la tension de bande qui semblait un peu trop faible en repositionnant un élément qui presse sur le support de la bobine débitrice.

              IMG_7865.JPEG
              IMG_7864.JPEG

              Histoire d’être vraiment sûr que le fonctionnement est bon, j’ai vérifié la vitesse de fonctionnement du moteur de cabestan.
              Pour cela, il faut aller sous le magnétoscope pour accéder à la PCB PX-513 « Cabestan Motor Drive Circuit » et mesurer l’un des trois poins suivant avec l’aide d’un oscilloscope ou d’un fréquence-mètre.
              La fréquence mesurée doit être de 83,3 Hz à 0,1 Hz près.

              IMG_8094.JPEG
              IMG_8091.JPEG
              DS1Z_QuickPrint35.jpg

              Si la fréquence mesurée diverge un peu, tourner ce potentiomètre pour réajuster la fréquence :

              IMG_8092.JPEG

              Le moteur du tambour vidéo ne nécessite lui pas d’ajustements d’après le manuel de service.

              Et après toutes ces manipulations, le magnétoscope fonctionnaient enfin correctement ! \o/

              ...
              --:-- / --:--
              • Télécharger ...
                • Qualité
                  -

                  En utilisation « portable », j’ai remarqué que le solénoïde qui permet de presser les galets sur les cabestans lors de la mise en lecture/enregistrement semblait être bloqué par moments.
                  Après une relubrification avec un peu d’huile 3-en-1 trouvable en supermarché, il y a plus de soucis.

                  IMG_5553.JPEG
                  IMG_8159.jpeg


                  Quelques jours plus tard, je suis partit pour un séjour en Lozère et j’ai embarqué le magnétoscope VT-100s, une caméra VC-115 et une bande LPR35 !
                  Même si mécaniquement il n’était pas encore parfait à cause de certains de ses galets pas exactement à la bonne taille, il était utilisable.

                  IMG_5559.JPEG
                  IMG_5573.JPEG

                  En me promenant avec le magnétoscope dans un sac à dos (il est vraiment trop lourd à force en bandoulière) et la caméra à la main, j’ai filmé environ 10 minutes de vidéo.

                  IMG_5607.JPEG
                  IMG_5613-1.JPEG


                  En visionnant et en écoutant l’enregistrement, j’ai remarqué un problème que je n’avais pas identifié avant : le son enregistré est beaucoup trop fort. Ce qui fait qu’à la restitution, on entends un son assez saturé.
                  Après un petit réajustement du réglage de contrôle de gain automatique (Automatic Gain Control) sur la carte électronique dédiée à la gestion du son, c’était bon !

                  px-505.JPG
                  IMG_8083.JPEG
                  IMG_8084.JPEG
                  IMG_8101.JPEG

                  Le diagramme que j’ai mis est celui de la carte de gestion audio PX-505 sur les Akai VT-100 60Hz.
                  Visuellement, il est très similaire à ce que j’ai avec la carte PX-A502 du Akai VT-100s 50Hz et je n’ai pas vu de différence au premier coup d’œil.



                  Revenons à notre histoire de galets ...
                  Le magnétoscope marche bien lecture et avance rapide mais en rembobinage il a du mal.
                  Je suis obligé de maintenir de bouton de rembobinage enfoncé à fond pour que le galet en caoutchouc qui permet cet action appuie suffisamment sur le support de bobine pour le faire tourner. Et encore, ce n’est pas assez car en fin de rembobinage, je suis obligé d’aider la bobine à la main à finir le travail.

                  IMG_6219.JPEG

                  Les 3 galets en caoutchouc que j’ai dû utilisé n’ont pas suffisamment un diamètre extérieur assez grand pour que la mécanique fonctionne correctement. Il manque vraiment pas grand chose.
                  Même en utilisant la technique consistant à utiliser du ruban adhésif épais, cela ne suffit pas.
                  Je pourrais rajouter encore plus de ruban adhésif mais cela fait vraiment pas propre.

                  IMG_6220.JPEG
                  IMG_6221.JPEG

                  Pendant la période où je m’occuperais de l’électronique du magnétoscope, j’avais également commencé à tester de refaire le galet d’un magnétophone en impression 3D en utilisant du TPU (Thermoplastic PolyUrethane).
                  Cette matière permet de réaliser des objets plus ou moins dur ou mou en fonction de l’indice de dureté Shore du filament TPU utilisé. Le Shore étant une indice définissant la dureté d’un élément mou, caoutchouteux, etc ...
                  J’ai testé d’utiliser cette matière pour recréer quelque chose proche du caoutchouc.
                  Le résultat était discutable mais fonctionnait.
                  Vu que j’ai du mal à trouver les bons galets à la dimension parfaite, j’ai eu l’idée de me créer mes propres galets sur-mesure en utilisant l’impression 3D en TPU.

                  J’avais déjà du filament TPU en Shore 95A. Il est un peu dur mais il sera pas mal pour commencer les tests.
                  J’ai donc réalisé un premier galet en TPU et celui-ci a plutôt bien marché !

                  IMG_6223.JPEG
                  IMG_6224.JPEG
                  IMG_6225.JPEG

                  Le support de la bobine débitrice avait bien plus de force et n’avait déjà plus d’accoups lorsqu’il tournait.
                  J’ai alors réalisé un second galet en TPU pour remplacer celui en contact avec le premier galet en TPU composé sur le moment de 2 galets en caoutchouc.

                  IMG_6225_2.JPEG
                  IMG_6227.JPEG
                  IMG_6228.JPEG

                  Mais là le résultat n’était pas probant.
                  Les deux galets en TPU Shore 95A étaient trop durs et n’arrivaient pas à fonctionner entre eux.

                  J’ai donc commandé du TPU plus « mou » RECREUS Filaflex avec un Shore 82A.
                  Lien FilImprimante3D : https://www.filimprimante3d.fr/fil-flexible-175-mm/1194-filaflex-175-mm-transparent-250-grammes.html

                  recreus_filaflex_tpu_82a.JPG
                  IMG_6347.jpeg

                  Puis j’ai refais mes deux galets en TPU 82A.
                  Après quelques correctifs de dimensions, c’était bon !
                  Ils fonctionnaient bien ensemble et l’énergie est bien transmise d’un galet à l’autre jusqu’au support de bobine débitrice.

                  IMG_6349.JPEG
                  IMG_6354.JPEG
                  IMG_6350.jpeg

                  Et le rembobinage fonctionne désormais correctement et sans aide pour la fin !
                  IMG_6356.JPEG

                  Puis j’ai refait tous les 3 autres galets de la même façon :

                  IMG_6358.JPEG
                  IMG_6362.JPEG

                  Paramètres d’impression :
                  - Imprimante : Creative Ender 3 V2
                  - Filament TPU Shore 82A RECREUS Filaflex
                  - Largeur d’impression : 0,1mm
                  - Température d’impression : 220°C
                  - Température du plateau : 70°C
                  - Densité de remplissage : 100 %
                  - Vitesse d'impression : 30 mm/s

                  Temps d'impression : 15 à 20 minutes par galet

                  Et tout les galets marchent bien tous désormais !
                  Dès que mes galets « maisons » se seront détériorés, je pourrai en refabriquer à l’identique !

                  IMG_6364.JPEG

                  Voici les dimensions et les fichiers STL des différents galets :

                  Nom galet

                  Diamètre

                  extérieur

                  Diamètre

                  intérieur

                  Largeur

                  Fichier STL

                  DRIVE IDLER

                  21,8 mm

                  17 mm

                  3,4 mm

                  Akai VT-100s - DRIVE IDLER.stl

                  TAKE-UP IDLER

                  23 mm

                  19 mm

                  5 mm

                  Akai VT-100s - TAKE-UP IDLER.stl

                  FF. IDLER « A »

                  23 mm

                  19 mm

                  4 mm

                  Akai VT-100s - FF IDLER A.stl

                  FF. IDLER « B »

                  26,5 mm

                  23 mm

                  6 mm

                  Akai VT-100s - FF IDLER B.stl

                  RWD. IDLER

                  22 mm

                  17 mm

                  6 mm

                  Akai VT-100s - RWD IDLER.stl


                  Les dimensions de ces galets ont étés définies de telle manière à ne pas avoir besoin d’utiliser de colle pour faire tenir les galets sur les supports de galets.
                  Ils tiennent tous seuls par serrage.

                  IMG_6362_2.JPEG


                  Pour finir, j’ai remplacé certaines courroies que j’avais mises au début qui n’étaient pas parfaites en terme de tension ou de largeur de section.
                  J’ai utilisé ma technique personnelle de déterminaison de courroies qui était bien rodée à la fin de la réparation de cet appareil.

                  Voici les dimensions finales pour les courroies :

                  Nom courroie

                  Type

                  Longeur

                  Diamètre

                  Section

                  Lien WebSpareParts

                  FF. & RWD. DRIVE BELT

                  Carrée

                  182 mm

                  58 mm

                  2,0 mm

                  lien

                  TAKE-UP BELT

                  Carrée

                  132 mm

                  42 mm

                  1,75 mm

                  lien

                  COUNTER BELT 1

                  Carrée

                  179 mm

                  57 mm

                  1,0 mm

                  lien

                  COUNTER BELT 2

                  Carrée

                  119 mm

                  38 mm

                  1,2 mm

                  lien


                  IMG_6714.JPEG

                  Au moment où j’écris ces lignes, toutes les références sont toujours disponibles chez WebSpareParts.
                  Il se peut que d’ici quelques temps, celle-ci ne soient plus disponibles. Mais à partir des dimensions données dans le tableau, il sera possible de choisir des courroies qui s’en rapprochent le plus.

                  Je n’ai pas remplacé les grosses courroies plates sous le magnétoscope.
                  Malgré leur cinquantaine d’années, elles sont en parfait état et ne présentent aucun signe de dégradation, d’élongation ou de durcissement.
                  Si un jour, je les change, je mettre à jour cet article. ;)

                  IMG_4098_3.JPEG
                  IMG_7866.JPEG
                  IMG_7867.JPEG
                  IMG_7868.JPEG




                  Voilà !
                  La remise en état de ce magnétoscope est terminée !


                  L'image saute par moments car ma carte d'acquisition a du mal à numériser le signal mais sur un téléviseur l'image est correcte.
                  Je pense que cela est dû aux nombre drops visibles car j'avais oublié de nettoyer les têtes avant de filmer.
                  Et oui, il vaut mieux bien les nettoyer si on veut qu'elles enregistrent correctement. :)

                  Beaucoup de choses et d’expérimentations auront été faites pour qu’il refonctionne à nouveau.

                  Cette remise en état aura pris environ 1 an et demi mais j’ai pris mon temps et j’ai pu ainsi mettre en place des techniques personnelles de réparation comme celle pour trouver une courroie qu’il faut pour un appareil qui ont pu servir également à d’autres réparations.

                  Ce qui m’a lancé au début dans la volonté d’avoir un de ces magnétoscopes c’était, comme dit plus haut, le fait d’en avoir vu un dans un film.
                  Mais maintenant j’adore ces machine juste parce que je trouve ces vieux magnétoscopes portables analogiques super sympathiques et amusants du fait qu’ils utilisent de la bande magnétique 1/4" pour enregistrer de la vidéo ! :)

                  Ajouter un commentaire

                  Nom/Pseudo :

                  Email (optionnel) :

                  Site web (optionnel) :

                  Commentaire :

                  Vérification: