Jelora.fr

Remise en état d’un magnétophone à bobines Revox A77 MK4

IMG_2038.jpeg

J’ai ce magnétophone Revox A77 depuis 14 ans maintenant et j’ai toujours trouvé que le son qu’il donnait était vraiment excellent.

Le A77 est un magnétophone à bobines dont la première version est sortie en 1967.
Il est le premier modèle de la marque à être entièrement transistorisé contrairement au modèle précédent, le G36, qui était à lampes.
Pas loin de 290 000 exemplaires, toutes révisions confondues, furent fabriqués durant les 10 années de son existence.

La plus part pouvaient fonctionner aux deux vitesses de 9,5 cm/s et de 18 cm/s, les faisant rentrer dans la catégorie des appareils semi-professionnels.
D’après le manuel de service de cet appareil, on voit qu’il a existé 3 variations du modèle le plus courant pouvant enregistrer à 2,37 ou 4,75 cm/s, 4,75 ou 9,5 cm/s et 19 ou 38 cm/s faisant rentrer ce dernier dans la catégorie professionnelle.
vitesses.JPG

Il enregistre en stéréo (2 pistes) sur de la bande magnétique de 1/4’’ de large.
Ce modèle enregistre ses 2 pistes que sur une moitié de la bande. Ce qui fait qu’on peut retourner les bobines pour enregistrer 2 autres pistes de l’autre côté comme les cassettes audio.

Diagramme montrant les pistes 1 et 2 (voies gauche et droite en stéréo) enregistrés dans un sens pour la face A et dans l’autre pour la B sur une bande magnétique :
bande_4_pistes.png

Il est donc considéré comme un magnétophone « Stéréo 4 pistes ».
IMG_1915_2.JPEG

Il a aussi existé des modèles « Stéréo 2 pistes » enregistrant les 2 pistes sur tout la largeur de bande ce qui ne permet plus de retourner les bobines pour enregistrer de l’autre côté mais vu que les pistes sont plus larges, la qualité de l’enregistrement est meilleure.
Diagramme montrant les pistes 1 et 2 (voies gauche et droite en stéréo) qui occupent tout l’espace de la bande dans un seul sens :
bande_2_pistes.png

Du fait de son côté qui fait « gros magnéto sérieux », on pouvait le retrouver dans certains films au cinéma avec la thématique d’espionnage.

Exemple ici avec quelques images du film « Le grand blond avec une chaussure noire » de 1972 :
le_grand_blond_1.jpg
le_grand_blond_2.jpg

Mon modèle est précisément un Revox A77 MK4 à 4 pistes.
« MK4 » pour la 4e et dernière version du A77 qui a été produite entre 1974 et 1977 par la marque Revox de l’entreprise suisse Studer d’après cette page Wikipédia.

IMG_6733.JPEG

Lors de cette réparation, j’ai trouvé une date marquée avec un tampon sur le châssis, derrière le panneau avec les boutons en façade et qui indiquait « 9 Mai 1978 ».
Cela pourrait être la date de fabrication en usine mais on est 1 an après l’arrêt théorique de fabrication de ce modèle. Est-ce qu’il y a eu d’autres exemplaires fabriqués après 1977 ? Ou est-ce une date d’une réparation ? Mystère.
IMG_0302.JPEG

J’ai trouvé mon exemplaire sur eBay en 2009 pour un peu moins de 80€, un prix correct pour du matériel de qualité, fonctionnel, en l’état et qui a de l’âge.

ebay2.JPG



1) Présentation et organisation de l’appareil :

IMG_6720.JPEG

En façade, sur la partie supérieure, on a les deux support pour bobine avec les attaches dites « trident » (tri-dent … 3 dents …) pour y mettre toutes les bobines nécessitant ce type d’attache.
Il y a un système de verrouillage à ressort qui permet d’éviter que la bobine se déloge du support lorsqu’elle tourne lorsque le magnétophone est en position verticale comme la plus part du temps.

IMG_1862.JPEG
IMG_1863.JPEG
IMG_1864.JPEG

Vu que ce magnétophone est assez grand, il peut accueil des bobines de 10’’ (soit 26,5 cm) de large.
Dans cette taille, on trouve toujours des bobines avec attache « trident » mais aussi des bobines professionnelles nécessitant une attache centrale dite « NAB ».

Heureusement, il existe des adaptateurs amovibles appelés « adaptateur NAB » qui permettent d’utiliser ces bobines sur des supports « trident ».

IMG_1887.JPEG
IMG_1866.JPEG
IMG_1868.JPEG

Toujours en façade, sur la partie inférieur maintenant, on a tous les boutons de contrôle.

IMG_1869.JPEG

A droite, il y a le bouton de mise sous tension qui permet également de sélectionner la vitesse (« 3 3/4 » pouces/s pour 9,5 cm/s et « 7 1/2 » pouces/s pour 19cm/s) et indiquer le diamètre de bobine utilisée (gros rond pour grande de 26,5cm ou petit rond pour les autres).

IMG_1872.JPEG

Tout à gauche, on a les boutons classiques qu’on trouve habituellement sur tous les magnétophones , ceux de rembobinage, avance rapide, lecture, stop et d’enregistrement.

En dessous, deux boutons rotatifs avec chacun 2 réglages.
A droite, le bouton rotatif central permet de corriger la balance et la bague argentée, qui peut également être tournée, permet de sélectionner la source de la sortie :

IEC 

Le signal sonore lu sur la bande avec une égalisation suivant la norme IEC

NAB 

Le signal sonore lu sur la bande avec une égalisation suivant la norme NAB

INPUT 

Le signal sonore provenant de source d’entrée sélectionnée sur les boutons de droite
(voir descriptif un peu plus bas)


Petit aparté sur les normes d’égalisation NAB et IEC :
Ce sont deux normes qui étaient en vigueur dans les studio d’enregistrement à l’époque de l’appareil.
La norme NAB (National Association of Broadcasters) vient des Etats-Unis. La norme IEC (International Electrotechnical Commission) ou CCIR (Comité Consultatif International des Radio Communications) est européenne.
Les deux appliquent une égalisation différente. Le résultat sonore sera moins bon si on tente de lire une bande avec une égalisation différente de celle utilisée à l’enregistrement.

Ce magnétophone enregistre en suivant la norme NAB seulement.
Original pour du matériel fait en Europe non ? Et bien c’est parce que c’était la norme la plus couramment utilisée, même en Europe, à cette époque
Donc lorsqu’on veut relire une bande enregistrée avec cet appareil, il faut se mettre sur la position NAB.

Le bouton rotatif central de gauche permet de régler le volume de la sortie audio et la bague argentée autour permet de choisir si on désire :

STEREO 

Sortie en stéréo (avec la voie gauche sur la sortie gauche et la voie droite sur la sortie droite)

MONO 

Sortie en mono (gauche et droite mélangés qui sortent sur les deux sorties)

I

Voie de gauche uniquement sur les sorties gauche et droite

II

Voie de droite sur les sorties gauche et droite


IMG_1873.JPEG


Juste à côté du bouton d’allumage et de sélection de vitesse, on a deux boutons rotatifs avec chacun 2 réglages.
Celui de gauche s’occupe de la voie en entrée de gauche et celui de droite, de la voie en entrée de droite.
La partie rotatif centrale de chaque bouton permet d’adapter de niveau d’entrée et la bague argentée permet de sélectionner la source de l’entrée :

AUX 

Canal 1 (gauche) de l’entrée auxiliaire à l’arrière de l’appareil

II→I

Piste 2 de la bande

Cette fonctionnalité est utilisée en montage audio pour copier la piste 2 (droite) vers la piste 1 (gauche)

RA 

Canal 1 (gauche) de l’entrée « radio »

HI 

Microphone canal 1 (le connecteur Jack 6,35mm du milieu) avec une impédance d’entrée réglée sur haute

LO 

Microphone canal 1 avec une impédance d’entrée réglée sur basse




Pour la bague du bouton rotatif de droite, c’est quasi la même chose :

AUX 

Canal 2 (droite) de l’entrée auxiliaire à l’arrière de l’appareil

I→II

Piste 1 (gauche) de la bande

Cette fonctionnalité est utilisée en montage audio pour copier la piste 1 (gauche) vers la piste 2 (droite)

RA 

Canal 2 (droite) de l’entrée « radio »

HI 

Microphone canal 2 (le connecteur Jack 6,35mm de droite) avec une impédance d’entrée réglée sur haute

LO 

Microphone canal 2 avec une impédance d’entrée réglée sur basse


Petit truc qui peut servir, les niveaux d’impédance des entrées :

Entrée

Impédance

Auxiliaire

1 MΩ

Radio

33 kΩ

Microphone « HIGH »

pour jusqu’à 100 kΩ

Microphone « LOW »

pour 50-600 Ω



Puis, au dessus, on a 2 vu-mètres à aiguille qui indiquent le niveau du signal sélectionné en entrée afin de les ajuster lors de l’enregistrement.

A gauche et a droite des vu-mètres, deux boutons avec un point rouge. Quand ils sont enfoncés, ils autorisent l’enregistrement sur le canal concerné lorsque le magnétophone est en mode « enregistrement ».
Il est possible bien sûr d’enregistrer sur les deux voies en même temps lors d’un enregistrement stéréo mais on peut enregistrer en mono sur une seule voie lors qu’on veut économiser de la bande lorsque la stéréo importe peu ou lors des montages audio lors de la copie d’une piste vers une autre.

IMG_1875.JPEG

Et au milieu, un ensemble de connecteurs Jack 6,35mm avec un connecteur stéréo pour un casque et deux connecteurs mono pour deux microphones séparés pour les canaux gauche et droite.

IMG_1874.JPEG

Au centre, on a un rabat qu’on peut abaisser pour révéler le passage de bande et l’accès aux têtes qui lisent, enregistrent et effacent les deux pistes sur une moitié de bande.

IMG_1878.JPEG
IMG_1879.JPEG
IMG_1880.JPEG
IMG_1881.JPEG

Ensuite, à l’arrière de l’appareil :
IMG_1882.JPEG

Vu les traces présentes sur la grille d’aération en bas, mon magnéto n’a pas dû être bien stocké par son ancien propriétaire quand il ne s’en servait plus ...

Sur le côté droit, on a une trappe qui permet d’accéder au sélecteur de tension et au fusible.

IMG_1883.JPEG
IMG_1884.JPEG

Au dessus, en relevant la poignée de transport, on a (de gauche à droite) :
- Le connecteur d’entrée d’alimentation avec un connecteur IEC C9
- La sortie audio (max 2,5V et impédance 600 Ω) avec deux connecteurs RCA
- L’entrée « radio » avec un connecteur DIN
- Une autre entrée microphone haute ou basse impédance avec deux connecteurs RCA. D’après la documentation technique du magnéto, lorsqu’on utilise cette entrée et les connecteurs Jack 6,35mm pour microphone en façade simultanément, les signaux des canaux respectifs sont mélangés. Il n’y a de moyen de sélectionner uniquement les connecteurs arrière ou en façade.
- L’entrée auxiliaire avec deux connecteurs RCA
- Deux sorties haut-parleur avec connecteurs DIN haut-parleur. Même si ces connecteurs étaient toujours présent, il n’y avait pas forcément d’amplificateur interne dans le magnétophone pour les utiliser car c’était une option.
- Le connecteur pour la télécommande filaire ici remplacé par une prise sans fil qui en ressort nommé « dummy plug ». Si on n’a pas la télécommande, il faut laisser l’adaptateur si non le magnétophone refusera rester en marche lorsqu’on appuie sur lecture, rembobinage ou avance rapide.

IMG_1885.JPEG
IMG_1886.JPEG

Le câble d’alimentation et le connecteur d’alimentation suivent la norme IEC C9 qui n’est plus très utilisée de nos jours.

IMG_1888.JPEG

N’ayant pas la télécommande filaire, j’ai cherché quelques photos pour savoir à quoi elle ressemblait et quelques informations :
s-l1600.jpgs-l16001.jpg
Source images : https://www.ebay.com/itm/285020422741

En voyant que c’est juste une boite avec quelques composants et quelques câbles, je me dis que je pourrais peut-être m’en fabriquer une un jour si je parviens à trouver un connecteur Hirschmann WIST10 (à prix correct hein) ou à le refaire en impression 3D.

doc_telecommande_a77.jpg

En lisant le manuel de service, j’ai vu qu’il avait existé une version avec le système de réduction de bruit Dolby pour cet appareil et qui utilisait la norme « B » du Dolby qui sera pas mal utilisé plus tard avec les magnétophones à cassette :

revox_a77_dolby_b.JPG

Voilà une bonne présentation de faite !



2) Une première panne :

Avec le temps, le fonctionnement de mon magnéto a fini par se dégrader. Rien de bien étonnant vu son âge mais ça reste très honorable qu’il ait mis autant de temps pour avoir des problèmes.

En 2017, après au moins 40 ans de bon et loyaux services, j’ai eu une première panne.
Lorsque j’ai voulu rembobiner, le magnétophone a grillé son fusible et une petite fumée est sortie de  l’appareil.
Cela m’a donné une raison pour l’ouvrir pour la première fois.

Pour accéder à l’intérieur, il faut extraire le châssis du coffret en bois en retirant 4 vis à l’arrière et sans oublier de retirer le petit connecteur « dummy plug » qui se trouve sur la prise servant à une télécommande filaire.

20170811_172423.jpg

La fumée venait une résistance qui avait cramé à cause d’un condensateur film de marque RIFA qui s’était mis en court-circuit.

20170811_172423_2.jpg
20170811_181134.jpg
20170811_180922.jpg

A cette époque, je ne connaissais que vaguement la réputation défectueuse dans le temps des condensateurs film de cette marque. :D

Après remplacement par un condensateur film de la même valeur que j’avais en stock, de la résistance cramée et du fusible, le magnétophone était repartit !

20170811_192242.jpg



Mais dernièrement, j’avais le volume d’une des voies qui avait baissé lors de l’écoute de bandes.
Cela m’obligeait à utiliser le bouton de réglage de balance pour corriger la situation.
C’est pas bien méchant mais quand le réglage de balance a dû retrouver à fond d’un côté et qu’à force, cela ne suffisait plus, c’était moins agréable pour profiter d’une écoute.
J’avais du coup de moins en moins confiance en son électronique pour enregistrer de nouvelles bandes.

On peut rajouter à cela que les potentiomètres crachotaient et que les boutons rectangulaires de lecture, stop, avance rapide … avaient tendance à coincer.

De plus, depuis que je l’ai, j’ai toujours remarqué que les moteurs des bobines avaient du mal à terminer un rembobinage et que je devais aider d’appareil en poussant les bobines à la main.

Et depuis la réparation de 2017, j’ai eu le temps de découvrir toute la réputation des condensateurs film RIFA qui se détériorent, voir qui explosent, avec le temps.

Je me suis dit qu’il était alors temps de lui redonner complètement une jeunesse afin de pouvoir m’en servir à nouveau.



3) Analyse générale :

Premier chose à faire, réouvrir le bestiau pour faire une analyse générale de l’état de ce magnétophone.

IMG_6720.JPEG

On commence par retirer les 4 vis à l’arrière :
IMG_1882_2.JPEG

Retirer le connecteur « dummy plug » sur la prise pour une télécommande :
IMG_1889.JPEG
IMG_1890.JPEG

Il est possible alors de sortir le châssis du coffret en bois.
Ouvrir la trappe du sélecteur de tension et pousser.
IMG_1891.JPEG
IMG_1892.JPEG
IMG_1893.JPEG

Le châssis ressort ensuite par l’avant de l’appareil.
IMG_1894.JPEG

S’aider des deux mains pour extraire le châssis complètement du coffret.
IMG_1895.JPEG
IMG_1896.JPEG

Puis on a accès à l’intérieur de la bête !
IMG_6721.JPEG

A l’intérieur du coffret, on trouve des choses intéressantes ...
IMG_6729.JPEG

Il y a un diagramme indiquant les valeurs pour 2 fusibles de l’alimentation ainsi que ceux pour les cartes d’amplification optionnelles pour haut-parleurs internes (non présentes ici) :
IMG_6731.JPEG
IMG_1897.JPEG

Dans le fond du coffret en haut, il y a une drôle de prise qui ressemble avec une prise de courant.
IMG_6730.JPEG

Elle s’enfiche dans ce connecteur juste à côté de celui de l’alimentation qui permet de faire passer le courant entre le connecteur d’alimentation et l’électronique de l’appareil.
IMG_6732.JPEG

Du coup, lorsque le châssis est retiré du coffret, le courant ne peux pas passer dans l’appareil même si le câble d’alimentation est branché et relié au secteur.
S’il y a quand même besoin d’avoir du courant dans l’appareil alors que celui est hors de son châssis, il y a moyen d’utiliser les vis du coffret en bois et de les mettre dans le connecteur.
Elles font pile la taille pour les mettre en place en vissant sans qu’elles déterrement quoi que ce soit.
Attention par contre : elles sont en contact avec l’électricité venant du secteur ! Ça peut piquer un peu si on ne fait pas gaffe !
IMG_1906.JPEG
IMG_1904.JPEG
IMG_1905.JPEG

Vu la largeur, on pourra penser qu’on pourrait utiliser une prise de courant toute bête mais les trous des contacts sont légèrement plus espacés.
IMG_1898.JPEG


Donc, alors, cette première analyse de l’électronique :

La précédente réparation est toujours là et tient toujours.
Il est encore 2 condensateurs RIFA bien craquelés juste à côté prêts à péter !
 IMG_6723.JPEG

Cette carte, où se trouve ces composants, s’occupe de la commande des différentes parties de l’appareil lorsqu’on lance la lecture, le rembobinage ou autre.

Il y a des gros relais qui permettant d’activer des solénoïdes et des moteurs.
IMG_6803.JPEG IMG_6805.JPEG

Sur les cartes modulaires situés sur la partie inférieur de l’appareil, on trouve pas mal de condensateurs chimiques (cylindres jaunes) et beaucoup de condensateurs au tantale (certains bleus, d’autres verts).
Elles gèrent l’amplification des signaux en entrée, l’enregistrement, la lecture et génère des signaux pour l’effacement et l’enregistrement.
On peut voir également quelques condensateurs chimiques et tantales sur le circuit imprimé qui reçoit ces cartes modulaires, autrement appelé « fond de panier ».
Ces condensateurs chimiques sont de marque FRAKO pour la plus part et RDE pour les autres.
Ce type de condensateur se dégrade avec le temps, peut perdre en capacité, laisser passer un courant à travers ou tout simplement ne plus marcher du tout. Donc quand ils sont anciens, ils sont à considérer comme à remplacer.
Personnellement, quand j’en vois dans du matériel grand public des années 80 ou d’avant, je les considère systématiquement comme « en panne ». Ils ne le sont pas forcément tous mais il y en a toujours qui le sont dans le lot et cela ne va pas aller en s’arrangeant avec le temps.
Les condensateurs tantales c’est autre chose. Ils sont connus pour tomber généralement en panne en se mettant en court-circuit ce qui l’électronique n’apprécie pas toujours. Tant qu’ils marchent c’est bien. Par contre, quand la panne tombe … Vu qu’ils sont bien âgés déjà, je les considèrent comme à remplacer.
IMG_6724.JPEG

Truc intéressant : sous le châssis et donc sous les cartes modules, on a des indications avec des trous à percer pour accéder aux potentiomètres de réglages internes de calibration situés sur ces cartes.
IMG_6745.JPEG

Oh punaise ...
Les condensateurs moteur ont leur électrolyte qui ressort ! Pas étonnant que le rembobinage avait des difficultés.
IMG_6778.JPEG
IMG_6779.JPEG

Il y a une carte électronique située sous le transformateur avec un autre condensateur RIFA et des condensateurs chimiques (cylindres jaunes).
Elle s’occupe de gestion de la vitesse du moteur du cabestan (le gros truc rond noir en bas à gauche).
IMG_1955.JPEG

La vitesse de rotation du moteur est détectée par un capteur situé à côté du moteur.
L’électronique s’occupe ensuite de rendre cela le plus stable possible.
IMG_1956.JPEG
IMG_1958.JPEG

Le potentiomètre marron visible à l’avant de la carte permet justement le calibrer la vitesse de rotation du moteur.
IMG_6771.JPEG
IMG_6725.JPEG


Sur la gauche du transformateur, on trouve une autre carte électronique s’occupant de la régulation de tension pour tout l’appareil, possédant les fusibles et des gros condensateurs chimiques de marque Elko.
On voit des emplacements vides de cartes modulaires à destination des cartes d’amplification optionnelles.
IMG_6727.JPEG


Et maintenant, l’avant !
Si vous les faites, je conseille de faire les opérations qui suivent avec le châssis couché à plat. C’est plus pratique.

Il faut commencer par enlever le panneau supérieur.
IMG_6720_2.JPEG

Déjà commencer par baisser le rabat qui protège le passage de bande et retirer le cache des têtes en tirant dessus :
IMG_1878.JPEG
IMG_1879.JPEG
IMG_1915.JPEG
IMG_1916.JPEG
IMG_1917.JPEG

Retirer ensuite les vis indiquées :
IMG_1909.JPEG
IMG_1908.JPEG

Puis déclipser le panneau et tirant délicatement sur les 3 attaches pour les déverrouiller et les faire sortir.
IMG_6720_3.JPEG
IMG_1910.JPEG
IMG_1911.JPEG
IMG_1912.JPEG

Il est alors possible de faire sortir le panneau.
IMG_1913.JPEG
IMG_1914.JPEG

Il faut ensuite retirer la façade inférieure avec tous ses boutons.
Les boutons rotatifs ainsi que leurs bagues peuvent être retirés simplement en tirant délicatement dessus.
IMG_1922.JPEG
IMG_1923.JPEG
IMG_1924.JPEG
IMG_1925.JPEG
IMG_1926.JPEG
IMG_1927.JPEG
IMG_1928.JPEG
IMG_1929.JPEG

Pour le bouton d’allumage et de sélection de vitesse, retirer d’abord le cache décoratif (si sa colle ne tient plus comme avec le mien) et utiliser une pince pour tirer le bouton.
Cela peut-être un peu dur, il faut y aller doucement.IMG_1930.JPEG
IMG_1931.JPEG
IMG_1932.JPEG
IMG_1933.JPEG
IMG_1934.JPEG
IMG_1935.JPEG

Retirer ensuite les deux vis indiqués derrière le rabat.
IMG_1940.JPEG
IMG_1941.JPEG

Puis déclipser les 3 attaches.
IMG_1937_2.JPEG
IMG_1942.JPEG
IMG_1943.JPEG

Et la façade peut être maintenant retirée en la levant.

La machine est désormais entièrement à poil !

IMG_6735.JPEG

On peut voir seulement deux condensateurs film (en jaune) sur le seul circuit imprimé visible de ce côté de l’appareil :
IMG_6737_2.JPEG

Lors de la réparation de 2017, j’en avais profité pour remettre une courroie entre la bobine réceptrice et le compteur par une que j’avais en stock.
L’ancienne avait tout simplement disparue.
Malheureusement celle-ci a commencé à se durcir donc il va falloir la changer.

IMG_6738.JPEG

Il y a aussi une courroie de petite taille à l’arrière du compteur.
N’ayant pas de courroie de si petite longueur à l’époque, j’avais tout simplement mis un élastique de supermarché qui n’a pas duré bien longtemps.
IMG_6739.JPEG
IMG_6742.JPEG

D’après ce qu’on voit, il faudrait une courroie crantée.
Je me suis toujours demandé pourquoi ce type de courroie pour juste un compteur ...
C’est peut-être pour être certain que le compteur avance en phase avec la rotation de la bobine mais dans ce cas, pourquoi ne pas avoir mis de courroie crantée également entre le compteur et la bobine ? Étrange ...

Ces deux courroies sont les seules de l’appareil. On peut s’en passer si on ne sert pas du compteur.
Leur manquement ne gène en rien au fonctionnement général de l’appareil.

Au niveau des têtes, il y a une ampoule qui permet avec l’aide d’une cellule optique de détecter le moment où il n’y a plus de bande et de mettre automatiquement le magnétophone sur STOP lorsque les moteurs tournent.

J’ai toujours eu cette ampoule morte depuis que j’ai ce magnétophone.
Du coup, je dois appuyer manuellement sur le STOP pour arrêter de faire tourner les bobines lorsque toute la bande est passée.
IMG_1954.JPEG

Vue avec tous les éléments retirés autour :
On voit l’ampoule en face de la cellule optique noire.
IMG_1952.JPEG

Quand il y a une bande, celle-ci est disposée entre l’ampoule et la cellule ce qui fait que cette dernière ne reçoit plus de lumière.
IMG_1953.JPEG


Il manque le cache du témoin d’allumage. Il était déjà absent quand j’ai eu le magnétophone.
En regardant des photos d’autres Revox A77, j’ai vu que celui d’origine était rouge.
Donc ça serait bien si je pouvais le refaire en impression 3D.
IMG_6788_2.JPEG

Pour finir, l’ensemble avec les têtes et le cabestan aurait besoin d’un bon nettoyage.
IMG_6736.JPEG



Bilan de cette analyse générale :
On a donc :
- des condensateurs moteurs qui ont leur électrolyte qui fuit
- tous de condensateurs RIFA craquelés
- des condensateurs tantales anciens un peu partout dans un état inconnu
- des condensateurs chimiques qui sont probablement fatigués
- des boutons un peu durs
- des potentiomètres qui crachottent
- l’ampoule de détection de fin de bande à remplacer
- le cache du témoin d’allumage qui manque
- des courroies à remplacer

Ces magnétophones sont un peu des bombes à retardement avec les condensateurs moteurs qui fuient leur électrolyte et les condensateurs RIFA connus pour leurs effets pyrotechniques ! :D

Ayant désormais vu tout ce qu’il y avait à remplacer dedans et sur surtout l’état de certains composants, je n’ai plus cherché à me servir de ce magnétophone avant de m’en être totalement occupé.

Je remplacerai également le condensateur film que j’avais mis lors de la précédente réparation.
Pas parce qu’il ne marche plus mais parce que je ne suis pas certain que le type de condensateur que j’ai utilisé, probablement un « general purpose », soit bien adéquat avec l’utilisation précise qui doit avoir.

Je suis donc partit sur plusieurs choses à faire :
- Remplacement des condensateurs moteur
- Remplacement des condensateurs film RIFA
- Remplacement des condensateurs chimiques et tantales
- Passage de bombe-contact sur les potentiomètres
- Décoincer les boutons rectangulaires de lecture, stop, etc …
- Trouver une ampoule de remplacement pour celle du système de détection de fin de bande
- Recréer en impression 3D le cache du témoin d’allumage
- Trouver les dimensions et remplacer les courroies du compteur



4) Liste des composants à remplacer :

Bon, il faut maintenant lister tout ce qu’il y a à remplacer !
C’est partit pour le listing de composants !

J’ai commencé par les cartes modulaires.

- La carte « Input Ampl. » contient différentes pré-amplification pour chaque type d’entrée :
Elle fait la pré-amplification des deux voies pour chaque type d’entrée.
Vu que cette carte gère deux voies, les composants et les pistes sont répétés en miroir sur la même carte.
Un des deux gros condensateurs axiaux qui est monté de l’autre côté de la carte pour une raison qui m’échappe.
IMG_6746.JPEG IMG_6747.JPEG
IMG_6752.JPEG IMG_6753.JPEG
schema_input_amp.JPG

- La carte « Rec Ampl »
Elle s’occupe d’appliquer l’égalisation NAB à l’enregistrement, contrôles les vu-mètres à aiguille en façade et envoi le signal d’une des deux voies vers la tête d’enregistrement.
Vu que cette carte ne s’occupe que d’une voie, il y en a un autre identique présente pour gérer l’autre voie.
IMG_6751.JPEG IMG_6750.JPEG
schema_rec_amp.JPG
En m’occupant de cette carte, j’ai vu qu’elle avait des condensateurs film VALVO (rectangles jaune pale). Par le passé, j’ai déjà eu affaire à ces condensateurs où une des connexions se désolidarisait du reste du condensateur entraînant une panne. Rien qu’en dessoudant certains, la chaleur du fer sur une des connexion faisait que le composant se cassait.
Donc j’ai décidé de les rajouter à la liste des composants à remplacer.
Tant qu’on est sur les condensateurs films, ceux rectangulaires rouges sont des WIMA de la série MKS. Ils sont plutôt fiables. La marque WIMA produit toujours des MKS mais la série a évolué jusqu’à nos jours pour devenir la série MKS4.
Supposant que cette série plus récente apporterait plus de performances, j’ai décidé de remplacer également les condensateurs film WIMA MKS par des MKS4.
IMG_6768.JPEG

- La carte « Oszillator »
Elle s’occupe de générer le signal alternatif haute fréquence de 120 kHz nécessaire aux têtes d’effacement pour effacer la bande et aux têtes d’enregistrement en conjoint avec les cartes « Rec Ampl » pour enregistrer le signal sur la bande pour les deux voies.
IMG_6756.JPEG IMG_6757.JPEG
schema_oscillateur.JPG

- La carte « Record Relay »
Elle sert à activer le circuit d’oscillation lors de l’enregistrement.
IMG_6754.JPEG IMG_6755.JPEG
schema_relay.JPG

- La carte « Repr Ampl »
Cette carte sert à amplifier le signal lu sur la bande par la tête de lecture d’une des voies. Un autre exemplaire de cette carte est présente dans l’appareil pour l’autre voie.
IMG_6758.JPEG IMG_6759.JPEG
schema_repr_ampl.JPG

Pour le circuit « fond de panier » qui accueille chaque carte modulaire, il y a quelques condensateurs chimiques et tantales à remplacer dessus :
IMG_0303.JPEG
IMG_0304.JPEG
On notera que c’est ici qu’il faudra revenir quand on s’occupera de passer la bombe contact nettoyer les potentiomètres.


Pour le circuit « Drive control », qui contrôle l’allumage des moteurs et des solénoïdes, il y a juste un seul condensateur chimique, 2 condensateurs films RIFA ainsi que celui que j’avais déjà remplacé et un condensateur film WIMA MKS.
IMG_0256.JPEG
Le schéma de ce circuit correspond à l’encadré F de ce schéma :
schema_tape_drive.JPG

Pour le circuit de régulation de tension, il y a deux condensateurs chimiques à remplacer avec un axial et un à montage à vis et un condensateur film WIMA MKS.
IMG_0281.JPEG
IMG_0282.JPEG
Le schéma de ce circuit correspond à l’encadré D de ce schéma :
schema_regulation_tension.JPG

Pour le circuit de régulation de vitesse du moteur de cabestan, on a un peu de tout avec un condensateur film RIFA, des condensateurs film WIMA MKS (rectangles rouges, bleu et jaunes), des condensateurs chimiques (cyclindres jaunes) et condensateurs tantales (boules bleu et vertes).
IMG_6776.JPEG

Comme on a vu lors de l’analyse, seulement deux condensateurs film (en jaune) sur le seul circuit imprimé dernière les vu-mètres à aiguille en façade :
IMG_6737_2.JPEG

Les condensateurs moteur de marque ITT sont avec un montage à vis et supportent 160V. Deux font 4,3 µF et le 3e fait 3,5 µF.
IMG_6778.JPEG
IMG_0162.JPEG
IMG_1840.JPEG

J’ai terminé tout ce qui était liste des condensateurs à remplacer et j’ai décidé ce que j’allais utiliser comme pièce de remplacement.

Pour les condensateurs chimiques, je vais les remplacer par des condensateurs chimiques de séries dédié à l’audio de chez Nichicon comme les séries UFW « Standard for audio equipement » (datasheet), UKT « For General Audio Equipment » (datasheet), UKA « For High Grade Audio Equipment » (datasheet) par exemple ou Panasonic. Le choix de la série dépendra tout simplement de ce que je trouve avec les pénuries de composants actuelle mais j’essaierai de rester dans des séries liées au domaine audio ou au moins dans des séries avec des composants de qualité.

Pour les condensateurs tantales, je vais les remplacer par des condensateurs chimiques de série dédié à l’audio de chez Nichicon comme pour les condensateurs chimique d’origine.
A l’époque de ce magnétophone, les tantales étaient parfois utilisés quand il y avait besoin d’une plus faible impédance ou pour avoir un composants plus petit par rapport à un condensateur chimique.
D’après la liste des composants que j’ai faite, j’ai l’impression que le choix de Revox entre les condensateurs chimiques ou tantales a été dicté en fonction de la capacité : les condensateurs de plus de 10 µF étaient plutôt des condensateurs chimiques tandis que ceux de moins de 10 µF était des tantales.
Tous les condensateurs radiaux entre 10µ et 100µ faisant à peu près la même taille, si ceux avec une valeur inférieure étaient de même dimension, on peut comprendre que Revox a voulu utiliser plutôt des condensateurs tantales qui occupaient 2 fois moins de largeur.

Pour les condensateurs film RIFA tous de la série PMZ qui font de la belle fumée, ils seront remplacés par des WIMA de série MKP-X2 (datasheet) et de classe X2.

Pour les condensateurs film WIMA MKS, comme je l’ai dit, ils seront remplacés par des WIMA MKS4 (datasheet).
Il y a avait également de série FKC et FKC. Ces derniers seront remplacés par des FKS3 (datasheet) et FKP3 (datasheet).

Pour les condensateurs film VALVO, ils seront remplacés par des condensateurs film Panasonic ECQ (datasheet).

Et pour finir, pour les condensateurs moteur ITT, ils seront remplacés par des condensateurs moteur KEMET de série C87 (datasheet).


Ensuite pour ce qui est de l’ampoule du système de détection de fin de bande, ça a été un peu compliqué.
IMG_1981.JPEG

Certes, si on cherche « bulb Revox A77 » sur eBay, on va la trouver. Mais les prix sont stupides juste pour une si petite ampoule.
C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle je ne l’ai jamais remplacé.
Et une autre étant que cela ne me dérangeait pas plus que ça d’avoir à arrêter manuellement d’appareil à la fin de la bande.
ampoules_revox_ebay.JPG
Avec les frais de port, ça revient cher vraiment cher juste pour une pauvre ampoule hein ?

Je n’ai pas trouvé beaucoup d’information à son sujet dans le manuel de service hormis que c’est une ampoule de 24V et qu’elle consommait 30mA.
Je sais que c’est bien cette ampoule là dans cette liste de pièces parce qu’elle est présente qu’en un seul exemplaire dans l’appareil et il y a mention de la cellule optique juste après.
part_list_lampe_auto_stop.JPG

Puis après beaucoup de cherche, j’ai fini par trouver.
Ce sont des ampoules au format T5 utilisé notamment pour les voyants automobile !
Et là, je me suis dit « Mais pourquoi Revox a choisi un truc pareil ?! »
Peut-être parce que c’était petit, pratique à cet endroit et que la luminosité d’un voyant suffisait. Mais je ne m’attendais vraiment pas à tomber sur cette information.

Dans un premier temps, je n’ai trouvé que des ampoules en 12V dans ce format. Rien de bien étonnant si c’est surtout utilisé dans le domaine automobile.
On verra bien ce que ça donnera.
Bon, si ça ne convient pas, je n’y perdrait pas grand-chose vu le prix du lot de 10 ampoules que j’ai trouvé.
Lien Aliexpress : https://fr.aliexpress.com/item/1005003989761964.html
ampoules_t5_revox_1.JPG

Pour le compteur, j’ai utilisé une ficelle que j’ai mis en place là où se trouvait les courroies et j’en ai déduit les mesures suivantes :
- pour la longue courroie entre le compteur et la bobine réceptrice : courroie carrée de 320 mm de longueur (environ 102 mm de diamètre) et 1,2 mm de côté.
- pour la petite courroie derrière le compteur : c’était une courroie crantée mais pour juste un compteur, j’ai choisi d’utiliser plutôt une simple courroie carrée. Correctement tendue, elle ne bougera pas. Ce sera donc une courroie carrée de 95 mm de longueur (environ 30 mm de diamètre) et de largeur entre 1 et 1,5mm.


5) Remplacement des anciens composants

En attendant de recevoir les nouveau composants, j’ai commencé par m’occuper du nettoyage du bloc du passage de bande avec les têtes et le cabestan.
Tout se peut se nettoyer facilement en utilisant des coton-tiges imbibé d’alcool isopropylique.
IMG_6789.JPEG

Il y a deux guides pour la bande présents à l’entrée et la sortie du bloc têtes + cabestan qui sont démontables en retirant leur vis centrale.
IMG_6789_2.JPEG

Celui de gauche contient un roulement à billes !
IMG_6793.JPEG
IMG_6791.JPEG

Par contre, celui de droite contient un élément fixe qui a bien accumulé de la saleté avec le temps.
Le nettoyage a pris un certain temps pour celui-ci.
IMG_6794.JPEG
IMG_6795.JPEG

Les têtes étaient un peu sales.
IMG_6797.JPEG

Après tout ce nettoyage, tout est bien plus propre !
IMG_6798.JPEG
IMG_6799.JPEG


Revenons au cache manquant du témoin d’allumage.
IMG_6788_2.JPEG

Vu que je n’avais pas les mesures du cache rouge d’origine, j’ai pris tout simplement des mesures du trou avec un pied à coulisse puis j’ai réalisé une pièce sur Fusion 360.
IMG_1948.JPEG
cache_temoin.JPG
Je l’ai imprimé avec du filament rouge transparent.
Je n’avais que du filament TPU dans cette couleur à ce moment là mais je n’allais pas commander une bobine entière de filament juste pour ce petit truc. La pièce peut très bien être imprimée également en PLA ou en PETG et même d’une autre couleur tant que la matière utilisée est suffisamment transparente pour laisser passer la lumière du voyant.
IMG_1945.JPEG
IMG_1946.JPEG
IMG_1947.JPEG
IMG_1949.JPEG
IMG_1950.JPEG

Fichier STL : Cache voyant allumage Revox A77.stl

Le nouveau cache rend très bien !
IMG_6809.JPEG
IMG_6806.JPEG


Puis, quelques temps après, j’ai reçu les nouveaux composants. C’est partit pour faire chauffer le fer à souder !
IMG_9082.JPEG

Comme pour le listage de composants, j’ai commencé par les cartes modulaires.
IMG_9109.JPEG
IMG_9111.JPEG
IMG_9147.JPEG

Et comme je m’y attendais, un condensateur film VALVO s’est cassé tout seul lorsque j’ai tenté de le dessouder.
IMG_9110.JPEG

Les nouveaux condensateurs sont plus petits que les anciens.
IMG_9176.JPEG IMG_9178.JPEG
IMG_9180.JPEG

Il y a aura eu une casse lors de la manipulation d’une des cartes modulaires.
Sur un potentiomètre, j’ai accroché l’élément qui fait contact avec la piste circulaire ce qui fait qu’il n’était plus en contact avec cette dernière.
IMG_9181.JPEG

J’ai essayé de le retordre mais là il s’est carrément cassé …
IMG_9182.JPEG
IMG_0250.JPEG

Il a fallu trouver et commander un nouveau potentiomètre.
Ce n’était pas facile car il fallait en trouver un qui reprenne la même disposition qui puisse rentrer dans l’emplacement qui avait définit pour l’ancien.
IMG_0252.JPEG IMG_0253.JPEG

Le nouveau est un peu plus bas que l’ancien mais il fera très l’affaire.
IMG_0248.JPEG IMG_0254.JPEG

Le potentiomètre cassé se trouvait sur une cartes « REPR AMPL » de reproduction du signal lu sur la bande et servait à définir le niveau de reproduction, un paramètre assez précis.
Vu qu’il y avait deux de ces cartes dans mon appareil, je me suis basé sur celle qui avait son ancien potentiomètre encore en bon état pour le mesurer et régler le neuf sur l’autre carte.



Nouveaux condensateurs films et chimiques pour le circuit « Drive control » qui contrôle les moteurs et les solénoïdes :
IMG_0260.JPEG
IMG_0261.JPEG
IMG_0264.JPEG

C’est sur ce circuit qu’il y a des boutons de lecture, de stop, etc … qui coinçaient un peu.
En passant de la bombe contact à l’intérieur du mécanisme de ces boutons, le problème était réglé et ils ne coinçaient plus.
IMG_0263.JPEG


Ensuite le circuit de régulation de tension avec son gros condensateurs à vis.
IMG_0281.JPEG
IMG_0282.JPEG

J’ai décidé de prendre un condensateur de forme ordinaire moins cher pour remplacer celui à vis et de créer un adaptateur maison en impression 3D avec une attache à vis qui utilise une simple vis M4 de 11 mm de long (on peut en utiliser une un peu moins longue) et un boulon M4.
Bien sûr cet adaptateur est de taille spécifique à la référence de condensateur que j’ai utilisé.
IMG_0283.JPEG
adaptateur_condo_1.JPG adaptateur_condo_2.JPG
IMG_0287.JPEG
IMG_0288.JPEG IMG_0289.JPEG
IMG_0292.JPEG

Fichiers STL :
- Pièce supérieure : Adaptateur condo Revox A77 - Piece 1.stl
- Pièce inférieur : Adaptateur condo Revox A77 - Piece 2.stl


Un des deux seuls nouveaux composants du circuit dernière les vu-mètres :
IMG_0156.JPEG


Ensuite le circuit de régulation de vitesse du moteur de cabestan :
IMG_0295.JPEG


Comme dernier circuit imprimé à m’occuper : le fond de panier qui accueille les cartes modulaires.
Pour lui, c’était carrément plus pratique de le démonter entièrement du châssis pour pouvoir le manipuler.
IMG_1167.JPEG
IMG_0307.JPEG
IMG_0308.JPEG

Et on en profile pour passer la bombe-contact dans les potentiomètres pour éliminer le crachotement.
IMG_1169.JPEG


Pour les nouveaux condensateurs moteur, ceux que j’ai trouvé supportent 470 VAC contre 160 VAC pour les anciens. J’ai pu trouver un nouveau 3,5 µF pour l’ancien de même valeur, par contre pour ceux de 4,3 µF, le plus proche au dessus que j’ai trouvé était 5 µF. Cette valeur supérieure de 16 % ne devrait théoriquement pas poser de soucis au fonctionnement des moteurs.

Ensuite pour leur installation dans le magnéto, il y a eu un problème.
Les nouveaux condensateurs sont plus larges que les anciens.
Vu qu’ils sont 3 et qu’ils sont normalement côte-à-côte en tenant avec une fixation par vis via un trou dans le châssis, deux rentrait bien mais le 3e ne pouvait pas atteindre le trou pour être fixé.
Je l’ai donc fait tenir avec deux attaches rilsan l’une à la suite l’autre pour avoir assez de longueur pour faire le tour.
C’est pas ce qu’il y a de plus beau mais c’est pas trop moche non plus et ça tient.
IMG_0159.JPEG
IMG_0294.JPEG


Pour l’ampoule du système de détection de fin de bande :
J’ai reçu les ampoules T5 12V venant d’Aliexpress.
IMG_0534.JPEG

Elles rentrent parfaitement et s’allument.
Mais vu qu’elles sont qu’en 12V, elles sont trop lumineuses, risquent de griller rapidement et fond mal aux yeux lorsque le rabat est baissé.
IMG_0538.JPEG

Le système de détection de fin (ou d’absence ici) de bande fonctionne très bien avec.

Mais ça me dérangerait quand même d’utiliser une ampoule 12V alors qu’il faudra une 24V
Du coup, j’ai repris mes recherches sur Aliexpress puis j’ai fini par trouver des ampoules T5 en 24V !
Lien Aliexpress : https://fr.aliexpress.com/item/1005003989761964.html
ampoules_t5_revox_2.JPG

Là c’était mieux !
IMG_0537.JPEG

Sauf pour la détection de fin de bande ne marchait plus tout le temps …

L’ancienne ampoule 24V devait consommer dans les 30 mA d’après la liste des pièces dans la documentation technique.
Celle que j’ai trouvé consomme dans les 50 mA. C’est plus mais ça devrait aller.

Information utile à savoir : le magnétophone alimente l’ampoule en 21V et non 24V.

schema_lampe_capteur.JPG

Est-ce que la nouvelle ampoule est moins lumineuse que l’ancienne à cause d’une moins bonne efficacité lumineuse ou est-ce la photorésistance a perdu en sensibilité avec le temps ?
Je pense plutôt à la première théorie.

Je pourrais pu tenter de remplacer la cellule optique en supposant qu’elle soit défectueuse mais elle a une forme particulière et celles d’occasion sont hors de prix.
Exemple d’annonces pour des cellule optique sur eBay :
sensor_revox_a77.JPG

J’aurais peut-être pu essayer de refaire la forme en impression 3D mais il aurait fallu choisir ensuite une photorésistance neuve, j’aurais été bloqué car je ne connais pas les caractéristiques techniques exactes de la photorésistance d’origine en état neuve.

Je suis alors partit pour voir s'il y avait moyen d'augmenter la sensibilité du système de détection de fin de bande.
La photorésistance, nommée R155 sur le schéma, fait monter sa résistance lorsqu’elle est occultée et la fait baisser lorsqu’elle est à la lumière.
Lorsque sa résistance chute, la tension sur le collecteur du transistor Q111 monte ce qui déclenche l’arrêt des moteurs un peu plus loin dans l’électronique.
Si la tension ne monte pas assez, rien ne se passe.
schema_capteur.JPG

Il y a une résistance R115 de 1,5kOhms en série de la photorésistance.
Donc si j'abaisse cette résistance, la tension au niveau du collecteur sera plus élevée avec la même quantité de lumière sur la photo résistance.
schema_capteur2.JPG
Je suis donc partit pour changer cette résistance et en mettre une de 1 kOhm et de 1W de puissance et voir ce que ça donne.
circuit_capteur2.JPG
IMG_0551_2.JPEG

Après remplacement et remontage du tout, ça fonctionne !
Le système d'arrêt automatique marche désormais très bien avec des ampoules moins bonnes tout en restant compatibles avec des bonnes (si j'en trouve un jour mais j'ai du stock avec 9 autres qu’il reste :D).
IMG_0553.JPEG


La restauration électronique de ce magnétophone est terminée !

IMG_0300.JPEG
IMG_1177.JPEG

Pour la curiosité, j’ai mesuré avec un testeur ESR l’état des anciens condensateurs.

Les condensateurs moteurs, bien qu’ayant un ESR correct, avaient une capacité mesurée par l’appareil bien supérieure aux tolérances indiqués, signe d’un défaut et d’une possible fuite de courant.
IMG_0163.JPEG IMG_0165.JPEG

Pour les condensateurs chimiques, il y avait un peu de tout :
- Soit une capacité qui avait baissé
- Soit une capacité bien plus élevée que la tolérance signe d’une possible fuite de courant
- Soit un ESR élevé

IMG_1841.JPEG
IMG_1843.JPEG IMG_1842.JPEG
IMG_1846.JPEG IMG_1847.JPEG
IMG_1848.JPEG IMG_1845.JPEG
IMG_1849.JPEG IMG_1844.JPEG
IMG_1850.JPEG IMG_1851.JPEG
IMG_1852.JPEG IMG_1853.JPEG
IMG_1854.JPEG

Pour les tantales, certains étaient en bon état avec une capacité dans la tolérance et un ESR correct et d’autres avaient un ESR très élevé.
IMG_1855.JPEG IMG_1856.JPEG
IMG_1857.JPEG IMG_1858.JPEG
IMG_1859.JPEG IMG_1860.JPEG

Bref, ça faisait pas mal de composants qui étaient défectueux.

Et pour finir, le compteur avec ses deux nouvelles courroies :
- pour la grande courroie, j’ai pris une courroie carrée de 104 mm de diamètre et de 1,2 mm de côté (lien WebSpareParts)
- pour la petite courroie, j’ai pris une courroie carrée de 28 mm de diamètre et de 1,2 mm de côté (lien WebSpareParts)
IMG_0136.JPEG
IMG_0137.JPEG
IMG_0142.JPEG

Voici la liste des toutes les composants qui ont été remplacés et les références ou liens vers les pièces de remplacement que j’ai choisi :
liste_composants.JPG
Liste au format PDF : Revox A77 MK4 - Composants d'origine et de remplacement.pdf

Pour le fun, j’ai fait une vidéo de quelque chose qu’on ne voit pas souvent : l’intérieur d’un Revox A77 en fonctionnement.



6) Recalibration et performances :

Maintenant que son électronique est restaurée, j’ai envie que ce magnétophone puisse fonctionner au maximum de ses performances et avec une bonne précision.

La vitesse de défilement de la bande est quelque chose d’assez important.
La calibration de celle-ci est relativement facile à faire sans avoir recourt à une bande magnétique spécifiquement conçue pour cela.
Comme vu lors de la présentation des circuits précédemment, il y a juste un potentiomètre à ajuster sur la carte électronique de gestion de régulation du moteur.
Ce potentiomètre s’ajuste en surveillant la fréquence d’un signal sur un point précis du circuit.
Voici le tableau des fréquences attendues en fonction du modèle qu’on a :
frequence_calibration_vitesse.JPG
Mon modèle ayant les vitesses de 9,5 et 18 cm/s, je dois m’attendre à trouver un signal avec une fréquence de 800 Hz.

Pour vérifier et effectuer la calibration de la vitesse, il faut :
- Connecter un fréquencemètre avec son entrée sur la 3e patte de la puce NE555 et sa masse connectée au châssis du magnétophone
IMG_6776_2.JPEG
IMG_1959.JPEG
- Mettre l’appareil sous tension et le sélecteur de vitesse à 19 cm/s
- Attendre quelques secondes que la vitesse de rotation du cabestan se stabilise
- Le fréquencemètre doit indiquer 800 Hz à 1 Hz près. Si ce n’est pas bon, corriger cette valeur en ajustant la position de ce potentiomètre :
IMG_6771_2.JPEG
J’avais une mesure, et donc une vitesse de défilement de la bande, qui dévie de -2,3 % par rapport à ce qui est attendu. Ça fait pas mal quand même.
IMG_1961.JPEG
Là, c’est bien mieux ! Avec max +0,2 Hz, soit +0,03 % ça devrait aller là. :D
IMG_1963.JPEG

- Changer la positon du sélecteur de vitesse à 9,5 cm/s
- Attendre quelques secondes que la vitesse de rotation du cabestan se stabilise
- Le fréquencemètre doit toujours indiquer 800 Hz à 1 Hz près.
Avec max +0,7 Hz, soit +0,09 % c’est très bien aussi.
Sympa en plus l'effet stroboscopique sur le moteur !

Quand j’ai vu que la position du potentiomètre de calibration était pile au milieu et que la vitesse n’était pas la bonne, je me suis demandé si la vitesse avait été calibré en usine lors de la fabrication de cet appareil.
Le potentiomètre semble permettre de corriger la vitesse environ entre -5 et +5 %.
Si ce magnétophone avait été parfaitement calibré à exactement 800 Hz en usine et avec le potentiomètre vraiment exactement au milieu, ça aurait été trop parfait. ;)

La vitesse de défilement de la bande est désormais parfaitement ajustée !


J’ai fait ensuite des tests de bande passante avec deux bandes magnétiques actuellement trouvables sur le marché : une RTM LPR35 et une ATR Magnetics MDS-36.

Sans avoir fait un quelconque réajustement de la calibration de l’enregistrement et de la reproduction à ce moment là et donc avec les réglages de calibration entièrement d’origine, voici ce que j’ai obtenu en enregistrant un signal de niveau fixe allant de 20 Hz à 20 kHz :
- Résultats avec échelles linaires avec le niveau de sortie (1 étant la référence du niveau à 1 kHz) par rapport à la fréquence :
avant_calibration_1.JPG
- Résultats avec échelles logarithmiques avec le niveau de sortie en dB (référence 0 dB à 1 kHz) par rapport à la fréquence :
avant_calibration_2.JPG

On voit que j’ai de meilleurs résultats avec la MDS-36 qu’avec la LPR35 avec les réglages de calibration d’origine.

Les bandes ATR Magnetics étant plus chères car elles sont fabriqués uniquement au USA, j’ai voulu refaire la calibration plutôt pour de la bande RTM.
J’ai choisi de faire ma calibration pour de la LPR35 car c’est celle qui apporte la plus longue durée d’enregistrement avec la LPR90, ce qui est bien pour moi qui veut faire juste de longues compilations de musiques, comparée aux SM900 et SM911 qui ont un bande plus épaisse car dédiée au mastering et qui du coup ont une durée d’enregistrement plus courte.
De plus, j’ai choisi la LPR35 comparé à la LPR90 parce qu’elle est un petit peu moins chère que cette dernière.

Information intéressante : d’après le site de RTM, la LPR35 utilise la même formule chimique que la SM911. En gros, la base en plastique de la bande et l’épaisseur de la matière magnétique sont juste plus fines.
Utiliser plus tard une SM911 sur ce magnétophone une fois calibré devrait donc conduire à des performances similaires.
lpr35.JPG
Source : https://www.recordingthemasters.com/audiotapes

Information importante : J’ai juste procédé au reréglage des niveaux d’enregistrement, d’égalisation et de bias.
N’ayant pas de vraie bande de calibration avec un signal pré-enregistré dessus avec du matériel de précision pouvant servir de référence, je n’ai pas touché à la partie restitution du magnétophone.
Vu que mes anciennes bandes ont toujours une balance correcte à l’écoute et aux vu-mètres, je vais considérer que les niveaux de restitution sont bons et qu’il n’y a rien à faire.

Pour refaire la calibration de l’enregistrement, il faut à nouveau ressortir le châssis du coffret et remettre les vis sur le connecteur interne à côté du connecteur d’alimentation pour mettre le fonctionnement de l’appareil hors de son coffret.
IMG_1904.JPEG

Mettre le magnétophone en position couchée pour avoir accès aux trous de réglages de cartes modulaires sous l’appareil.
Les trous sont indiqués par des ronds noirs sur ces étiquettes.
Ici, il n’y a aucun trou. L’appareil n’a donc jamais été recalibré depuis sa fabrication.
IMG_1937.JPEG
IMG_6745_2.JPEG

Pour pouvoir calibrer l’appareil, il faut un générateur de signaux sinusoïdaux.
Le plus économique est d’utiliser tout simplement la carte son d’un PC.
Si on utilise cette dernière, il est important de générer un signal mono pour avoir le même signal sur deux voies de la sortie stéréo.
Pour générer les signaux, on peut utiliser le logiciel audio Audacity ou un autre logiciel dédié à la génération de signaux.
Sur Audacity, pour générer un signal, aller dans le menu « Générer » puis « Tonalité » :
audacity_1.jpg

Définir les paramètres de génération du signal :
- Forme d’onde : Sinusoide
- Fréquence : 1 kHz, 10 kHz ou autre suivant le cas
- Amplitude : 1 pour une amplitude maximale ou moins suivant le cas
- Durée : Mettre une durée assez longue (ici 1h) pour être tranquille un moment et ne pas avoir à relancer la lecture quand le signal généré est terminé
audacity_2.jpg
Cliquer sur « Générer » et voilà !
audacity_4.jpg

Avant d’essayer de calibrer quoi que ce soit en fonction d’une bande, on va régler les niveaux d’entrée.

Brancher le générateur de signal sans l’allumer sur les deux voies de l’entrée auxiliaire du magnétophone, régler l’entrée de l’appareil sur l’entrée auxiliaire (bagues sur « AUX ») et mettre les potentiomètres de réglage de niveau d’entrée en façade au maximum (position 10).
IMG_1996.JPEG

Lancer la génération d’un signal 1 kHz sur le générateur, les vu-mètres peuvent éventuellement se retrouver à fond ou en dessous du 0 dB.
IMG_1998.JPEG

Réduire ou augmenter l’amplitude du signal généré sur le générateur pour se retrouver avec au moins un des canaux à 0 dB.
IMG_1999.JPEG

Si les deux sont parfaitement alignés sur le 0 dB, il n’y a pas de réglage de niveau d’entrée à faire.

Si non, ce qui est le cas sur la photo précédente où la voie de droite est très légèrement plus élevée, ajuster la position du potentiomètre « METER CALIB » de la voie incorrecte pour que le niveau soit aligné sur le 0 dB.

IMG_6745_3.JPEG
IMG_2002.JPEG

L’entrée du magnétophone est désormais bien réglée. On peut donc commencer à enregistrer des choses avec une bande.

Mettre la bande en place sur le magnétophone, ici la LPR35.
IMG_2003.JPEG

Brancher un oscilloscope sur une des sorties « OUTPUT » de l’appareil. (Celle de gauche pour commencer par exemple)

Mettre ensuite le sélecteur de source pour la sortie sur « INPUT », mettre le réglage de balance parfaitement au milieu et monter le volume (n’importe quelle valeur entre 2 et 8 histoire d’avoir un signal suffisamment fort et pas saturé).

Noter la hauteur du signal. C’est la hauteur du signal reçu en entrée à 1 kHz.
oscillo1.jpg

Lancer l’enregistrement.
IMG_2007.JPEG

Basculer le sélecteur de source pour la sortie sur « NAB ».
Le signal observé sur l’oscilloscope est celui qui vient d’être enregistré il y a quelques dixièmes de secondes et qui est relu par les têtes de lecture puis restitué sur les sorties.

Si le signal de restitution (sélecteur sur « NAB ») est à la même hauteur que le signal d’entrée (sélecteur sur « INPUT »), c’est bon.
Si non, ajuster le niveau d’enregistrement sur la bande « REC REVEL » de la voie concernée.
IMG_6745_4.JPEG

Avant :
oscillo2.jpg
Après :
oscillo3.jpg

Refaire la procédure de contrôle/réglage pour l’autre voie.

Arrêter l’enregistrement.
Le magnétophone enregistre et restitue exactement ce qu’il a enregistré à 1 kHz.

Maintenant, il faut le faire pour les hautes fréquences.
Mais la procédure est légèrement différente.

Générer désormais un signal de 10 kHz de même hauteur que celui de 1 kHz.
Le sélecteur de source pour la sortie peut être sur « INPUT » ou « NAB », cela n’a pas d’importance.
Les vu-mètres doivent toujours être positionnées sur 0 dB.
Si ce n’est pas le cas, ajuster le réglage « EQUALIZ. » (Égalisation) pour 19 cm/s pour que l’aiguille des vu-mètres soit sur 0 dB.

IMG_2009.JPEG
IMG_6745_5.JPEG
IMG_2010.JPEG

Mettre ensuite le sélecteur de source pour la sortie sur « INPUT » si ce n’est pas déjà le cas et noter la hauteur du signal. C’est la hauteur du signal reçu en entrée à 10 kHz.

oscillo4.jpg

Lancer l’enregistrement.
IMG_2007.JPEG

Basculer le sélecteur de source pour la sortie sur « NAB » pour obtenir sur la sortie ce qui est lu sur la bande.

Ajuster le réglage d’oscillateur « OSCILLATOR » (plus couramment appelé « bias ») pour la vitesse de 19 cm/s et pour la voie concernée jusqu’à obtenir le niveau de sortie le plus élevé.
Note : Ce niveau de sortie à cette fréquence n’est pas forcément égal à celui de l’entrée mais doit s’en rapprocher le plus possible.
IMG_6745_7.JPEG

Exemple mauvais réglage « OSCILLATOR » (bias) :
oscillo5.jpg
Exemple bon réglage « OSCILLATOR » (bias) :
oscillo6.jpg

Refaire la procédure de contrôle/réglage pour l’autre voie à présent.

Arrêter l’enregistrement.

Le magnétophone enregistre et restitue de façon optimale avec cette bande à 19 cm/s !

Puis refaire la procédure de réglage de « EQUALIZ. » et « OSCILLATOR » des deux voies en ajustant les réglages spécifiques au 9,5 cm/s.
IMG_6745_6.JPEG
IMG_6745_8.JPEG

Après cela, la calibration de ce magnétophone pour l’utilisation optimale de cette bande est désormais terminé !

Si, plus tard, je constate un son avec de la distorsion lorsqu’il attends le 0 dB, c’est que le niveau d’enregistrement calibré est trop haut et que la bande est déjà saturée à 0 dB.
Il faudra baisser le niveau d’enregistrement de calibration pour obtenir un signal sans saturation de la bande et cette fois-ci augmenter les niveaux de reproduction du signal lu sur la bande que je n’ai pas touché.
Mais d’ici là, il me serait utile de me faire une bande juste un signal 1 kHz à 0 dB juste pour avoir une référence personnelle des niveaux de reproduction et pour être certain de conserver une bonne balance entre les deux voies lorsque je les modifierai.
IMG_6745_9.JPEG

Ce magnétophone est désormais bien réglé et prêt à servir à nouveau !



Je n’ai pas touché aux têtes car vu que les vis tiennent en place avec de la cire, je suppose ce qu’elles n’ont pas bougé.
J’ai cependant procédé à une démagnétisation des têtes à l’aide d’un démagnétiseur.
Pour savoir comment on sert de cet outil, on trouve pas mal de vidéos explicatives sur YouTube sur la procédure à suivre.
IMG_4411.JPEG

J’ai refait mon test de performances avec la bande RTM LPR35 en enregistrant toujours un signal de niveau fixe allant de 20 Hz à 20 kHz :
- Résultats avec échelles linaires avec le niveau de sortie (1 étant la référence du niveau à 1 kHz) par rapport à la fréquence :
comparaison_apres_calibration_1.JPG
- Résultats avec échelles logarithmiques avec le niveau de sortie en dB (référence 0 dB à 1 kHz) par rapport à la fréquence :
comparaison_apres_calibration_2.JPG

Le résultat est très satisfaisant !
Lors d'un enregistrement à 19 cm/s, quand on bascule alternativement le bouton pour entendre soit ce qui est reçu en entrée, soit ce qui est lu sur la bande juste après être enregistré, on n'entend pas la différence



7) Démonstration :


Voici une vidéo de démonstration de lecture d’une bande RTM LPR35 lisant un enregistrement fait précédemment avec ce magnétophone remis en état à la vitesse de 19 cm/s puis de 9 cm/s :


Le résultat est très clair pour deux vitesse.
Cependant à 9,5 cm/s, on entend plus de bruit de fond et on perçoit bien plus les défauts physiques de la bande. Celle que j’ai utilisé pour cette vidéo n’était pas neuve, je m’en était déjà servit quelques fois auparavant.



8) Et maintenant, où trouver de la bande

On trouve des bandes de qualité en occasion sur eBay ou LeBonCoin mais elle coûtent souvent presque le prix des neuves alors qu’elles risquent de souffrir du syndrome sticky-shed ou dans pas longtemps si ce n’est pas déjà le cas (les Ampex 456 sont réputés pour cela) et on ne sait pas comment elles ont été stockés depuis toutes ces années.
Donc, si on n’en a pas, autant en acheter des neuves.
Après, si vous trouvez un bon plan pour des bandes d’occasion de qualité comme celles de marque Maxell ou TDK, tant mieux !

Comme dit dans le paragraphe sur la recalibration, on peut trouver de la bande de qualité neuves dans le commerce de nos jours.
En Europe, on trouve les marques RTM ou ATR Magnetics.

L’entreprise RTM (Record The Masters), située en France, a repris les formules chimiques des bandes AGFA, BASF et EMTEC et propose 4 modèles de bande magnétique : la SM900, SM911, LPR35 et LPR90.
Les LPR sont des bandes fines pour une longue durée d’enregistrement et les SM sont des bandes plus épaisses dédiées au mastering.
rtm.JPG
Source : https://www.recordingthemasters.com/about-us

L’entreprise ATR Magnetics, située aux USA, propose 2 modèles de bande : La MDS-36 pour une longue durée d’enregistrement et la MASTER TAPE pour le mastering comme on peut s’en douter.
atr.JPG
Source : https://www.atrtape.com/technical-info
Elle ne précise pas d’où viennent ses formulaires chimiques pour ses bandes mais on peut supposer qu’elles viennent de chez Ampex mais sans être certain.
Comme dit plus haut, ces bandes étant fabriqués au USA, leur prix est donc plus élevé que les RTM à cause de l’importation. De l’ordre +20/30 % quand même ...

C’est pour cela que je me suis orienté plutôt vers les RTM.

Le Revox A77 peut accepter des bobines avec un diamètre maximum de 10 pouces ou 26 cm.
Au moment où j’écris ces lignes, on peut trouver la LPR35 en 26cm en bobine plastique pour 63€ ou en bobine metal pour 92€ chez Thomann :
- RTM LPR35 en bobine plastique : https://www.thomann.de/fr/rtm_lpr_35_1_4_1100m_plastic_reel.htm
rtm_lpr35_plastique.JPG
- RTM LPR35 en bobine metal : https://www.thomann.de/fr/rtm_lpr_35_1_4_1100m_nab.htm
rtm_lpr35_metal.JPG

Même avec la bobine plastique, cela coûte un certain prix.
Mais si vous avez des bobines vides de 26 cm, il y a moyen de les reremplir en achetant de la bande neuve sous forme de « pancake » pour 55€, c’est à dire la bande enroulée simplement sur noyau en plastique noir pour un montage avec une attache NAB :
- RTM LPR35 pancake : https://www.thomann.de/fr/rtm_lpr_35_1_4_1100m_nab_kern.htm
rtm_lpr35_pancake.JPG

Les bobines métalliques sont démontables et peuvent accueillir directement la bande avec ce noyau.
Voici une bobine Ampex 456 vide :
IMG_2050.JPEG

Une fois les 3 vis retirées, on peut retirer l’ancien noyau NAB et mettre le pancake :
IMG_2051.JPEG
IMG_2052.JPEG
IMG_2053.JPEG

Mais si on veut sa bande dans une bobine metal mais qu’on n’en pas de bobine vide pour y mettre un pancake et qu’on ne veut pas payer le gros prix de la LPR35 vendue en bobine en métal, on peut trouver des bobines métalliques sur Aliexpress pour environ 25-30€ la bobine ce qui revient à 80-85€ au total.

C’est moins cher que les LPR35 venues avec une bobines métal mais pas de beaucoup.
Personnellement, si je n’ai pas pas de bobine vide pour y mettre une bande en pancake, je prendrais la bande en bobine plastique. Ça fait le job.
L’avantage des bobines en métal et avec les bandes avec un back-coating (revêtement anti-statique avec du carbone) est de laisser passer les décharges électro-statiques passer à travers la bobine metallique lorsque la bande la frotte (c’est ce qui cause les décharges) et envoyer cette décharge dans la masse du magnétophone.
Si vous utilisez une bande qui n’a pas de back-coating pour faire partir ces décharges, cela n’a pas vraiment d’intérêt d’utiliser une bobine en métal.
Après, j’empêche personne de vouloir se faire plaisir. C’est vrai que les bobines en métal sont plus jolies à l’œil. :D


Nous voici à la fin de cet article bien long sur la remise en état de mon magnétophone Revox A77.
Il va pouvoir à nouveau faire défiler beaucoup de bande magnétique.

Et comme d’habitude, le chat a beaucoup aidé durant ces travaux en faisant tous les contrôles qualité nécessaires. :D
IMG_0135.JPEG
IMG_0138.JPEG
IMG_0139.JPEG
IMG_1156.JPEG
IMG_0148.JPEG
IMG_0144.JPEG
IMG_0550.JPEG

Documentation utile :
- Manuel de service : revox_a77_mk4_service_manual.pdf


1/3KOFF
22 Octobre 2023 21:35
Bonjour. Que vous dire, si ce n'est que je n'avais encore jamais rencontré une prise en charge du A77 et de son utilisateur (ce qui est mon cas) qui soit aussi précise et pédagogique!
Le sujet est âpre, et pourtant j'ai passé un délicieux moment avec toutes les corrections que l'usure de nos engins nous amènent à envisager.
J'ai acquis un A77 qui était atteint des mêmes synptômes que ceux de votre présentation.
Mais je ne me suis pas senti capable d'accomplir votre programme, faute d'une assistance technique et d'une pratique de l'électronique. J'ai donc remis mon beau A77 aux bons soins d'un atelier professionnel qui m'a restauré les mêmes éléments que ceux que vous décrivez. Je ne suis pas sûr que le calibrage tel que vous le décrivez ait été effectué avec autant de soins (j'ose espérer) mais je pense pouvoir grâce à votre tuto tester au moins la vitesse de défilement qu'en pensez vous ? Votre ruse d'ohms pour rétablir l'arrêt de bande m'a bien plu. ENCORE MERCI ET UN GRAND BRAVO

Jelora
28 Octobre 2023 18:29
Bonjour,
Merci beaucoup pour votre retour !
Pour vérifier vous même la vitesse de défilement, si vous avez un multimètre capable faire fréquencemètre et de mesurer la fréquence du signal au point de l'appareil indiqué dans l'article, vous devriez théoriquement y arriver.

olympio_capsor
5 Novembre 2023 22:21
et bien bravo ! quel travail pour faire cette page avec toutes ces photos/copie de schemas etc etc et explications, c'est "énorme" !! - jamais vu cela ! j'ai 2 revox A77 (un A77 9.5/19 et un A77 ORF 19/38 , ) j'ai fait beaucoup de boulot dessus ( haaaaaaa, les fameuses capas qui prennent feu .. :) entre autres... bref clap clap !!

Bob
21 Novembre 2023 11:27
Bonjour, et merci infiniment pour cette page incroyablement documentée. On devrait vous décerner le Prix Nobel du Revox :-)

Suite à la lecture attentive de ce post, je me lance dans la réparation de mon A77 (le mien est un MK III). Il est était plutôt en bonne forme jusqu'il y a il y a 15 jours, odeur et fumée... un Rifa évidemment (celui du milieu sur le drive control). En ouvrant la bête ce matin, je m'aperçois qu'un petit composant est carbonisé juste à côté (à gauche du rifa). Je suppose que c'est une résistance (?). Sauriez-vous me dire (vous ou un lecteur de passage) qu'est-ce que ce composant et quoi mettre en remplacement (ref/valeur). Je ne sais pas lire les schémas. J'ai pris des photos si besoin.
Merci encore et bravo, c'est fantastique de partager ces ressources.

Paul
18 Décembre 2023 18:43
Bonjour,
Mais quel bonheur de voir ce tuto de restauration d'un Revox.
Moi à la grande époque des 70's j'en révais, mais étudiant c'était trop che rpour moi.
Et des années et des années plus tard, 1 Revox A77 posé sur le trottoir devant la décharge municipale avec 1 matelas et autres objets!
Évidement je ne pouvais le laisser finir sa vie de machine de légende là, je l'ai ramassé, branchée, aucune fumée mais elle tourne bizarrement. Grace à votre travail peut-être je vais pouvoir lui redonner une seconde vie ?
Merci vraiment.

SOON
14 Janvier 2024 18:34
Bonjour,
Je voulais vous remercier tout d'abord , à l'image des autres auxquels je me joint volontiers. vous méritez un Oscar ! Je n'ai JAMAIS vu un tel tuto . Et si y'en avait plus comme ça je pense que j'en aurais fait mon métier ! J'hésite encore tellement j'ouvre de machine en ce moment mais n'ai pas le même niveau ! Du coup vous m'êtes d'une utilité faramineuse !

Quoi qu'il en soit j'aimerai bien savoir les heures que vous avez passé à faire ce tuto "EXTREME" et jusqu'au boutiste !!! Mais qui vous paraît "normal" !!!
Pourriez-vous me dire le montant des pièces que vous avez commandé par curiosité ?

J'hésite à le refaire comme vous ou bien aller à l'essentiel de ma panne des 3 condos moteur ... Les RIFA sont curieusement intactes !! mais ... je prends vos conseils et les changerait très certainement.

Vous me donner envie de reprendre les études et en faire mon métier !
Aussi j'aurai qqs autres questions si on peut échanger par mail.

Musicalement .
Et très bonne année à vous

Jelora
15 Janvier 2024 02:39
Bonjour Soon,

Merci !
Je ne compte pas les heures quand je fais mes rédactions.

J'en ai eu pour environ 100€ de pièces de remplacement.

jpconstant
13 Février 2024 16:08
bonjours a tous;possédant un revox a77,tout les condensateurs ont etés changer et recappés;maintenant,il faut tout régler.quelqu un pourrait me donnez une adresse d un professionnel pour faire tout cela?je suis de Belgique.merci beaucoup

RAC
22 Février 2024 21:27
Bonjour,
Superbe votre travail. Félicitations.
Pour informations, le REVOX MK IV, a été fabriqué de août 1974 à octobre 1977. Numéro de série 145.100 à 289.836.
Total des REVOX A77 fabriqué:
En Suisse 72.800. Un S précède le numéro de série.
En Allemagne 289.736. Un G précède le numéro de série.
Bien cordialement.

Yannick
25 Février 2024 20:24
Que dire !!!! Votre reportage est digne d'un maître de stage des grandes marques de l'audio visuel, des années 90 (je suis un ancien de TOSHIBA-FR). Bravo, il n'y a rien à redire sur votre travail, c'est clair précis et très professionnel. J'aime le déroulé de la restauration, vos recherches et surtout les mises au point.
Donc grâce à ce stage je vais me lancer dans la restauration de mon matériel A77. Mais par contre j'ai le même problème que vous, je n'ai pas retrouvé à l'intérieur de l'appareil la pastille de couleur rouge du voyant de mise sous tension. Vous serait il possible de m'en fabriquer une ? en payant bien sur. Cordialement Yannick

Benoit
21 Mars 2024 02:59
Un grand merci à vous pour ce partage sur la remise en état de votre A77. Les schémas, les photos, les pièces de remplacement, le chat, les datasheets, les explications, les liens,... tout y est, c'est super.
Je prépare en ce moment une restau sur un B77, votre page est un précieux support,... ces deux appareils ne sont pas si différents que ça et beaucoup de vos conseils me sont utiles (remplacement des Rifa pourries, calibration, achat de bandes, ...).
Bien à vous.

Didier
3 Avril 2024 15:02
Un grand merci pour ce tutoriel.
Bravo, j’espere ne pas avoir de problème avec mon a77 car je suis incapable de le faire moi même n ayant aucune connaissance en électronique.
Je croise les doigts

Alain ANTOINE
8 Avril 2024 10:50
Bonjour,
Merci et bravo pour cet article hyper détaillé, qui va bien m'aider.
J'ai chiné un A77 ce weekend et avec une platine Thorens TD125 MKII !!
Dans une brocante le tout pour 100€....
Les 2 fonctionnent, quelques détails à régler, un bon nettoyage, vérifier les condos, et ça va repartir.
Ces appareils inaccessibles financièrement à l'époque pour moi m'ont toujours fait rêver. Je suis de 1960.
Merci

Didier
8 Avril 2024 17:22
Un grand merci pour ce tutoriel.
Bravo, j’espere ne pas avoir de problème avec mon a77 car je suis incapable de le faire moi même n ayant aucune connaissance en électronique.
Je croise les doigts

Ajouter un commentaire

Nom/Pseudo :

Email (optionnel) :

Site web (optionnel) :

Commentaire :

Vérification: