Jelora.fr

Développement argentique couleur C41 (2e édition)

Suite à des améliorations dans mes techniques de développements, je refais mon précédent article de 2017 traitant du sujet.
Les améliorations apportés sont :
- le développement poussée le pellicule C41.
- le fait qu’il y a plus besoin de préciser de travailler dans le noir quand le couvercle de la cuve est enlevé et qu’une pellicule est à l’intérieur. A l’époque, j’avais perdu mes colonne centrale noire en plastique qu’on glisse dans le spire pour empêcher la lumière de passer. Ou je les ai peut-être (sûrement mais chut) jetés parce que je voyais pas à l'époque à quoi ça pouvait bien servir vu que je pensais qu’il fallait forcément être dans le noir pour ouvrir la cuve et verser la chimie. On fait tous des erreurs ...
Oui, je versais la chimie dans le noir et j’en mettais rarement à côté ! Je visualise assez bien mentalement mon environnement dans le noir si je sais d’avance où est tout ce dont j’ai besoin à l’avance.

Je garde cependant l’ancien article car il est important de garder trace de ses erreurs et que je sais que divers liens ailleurs le web pointent vers lui. J’y ai rajouté une petite note avec un lien pointant vers cet article.

Sur ces bonnes paroles, bonne lecture !

20200714_193821.jpg

Après avoir fait que du noir&blanc pendant des années, j’ai voulu essayer le développement couleur. Mais j’ai mis du temps avant de me lancer. J’entendais toujours dire sur le net comme quoi c’était très compliqué à cause des températures des produits et des temps très précis à respecter pour chaque étape.
Puis, un jour, j’ai testé en me disant que si je ne le faisait pas, je n’aurais jamais vraiment de retour personnel là dessus.

Depuis, je fait tous mes développements couleur dans ma salle de bain, j’en ai fait plus de 200 depuis que j’ai commencé et tout marche très bien !
Au final, faire ses développements à la maison n’a rien de très complexe. C’est presque aussi simple que le développement n&b.
La seule différence avec le n&b est qu’il faut faire attention à maintenir à peu près correctement un température. Mais ça n’a vraiment rien de sorcier !

Dans cet article, je vais tenter de décrire et de commenter mes étapes lors la préparation et de la réalisation d’un développement argentique couleur C41 d’une pellicule couleur classique exposée à sa sensibilité ISO nominale (celle écrite sur la boite) et d’une pellicule couleur poussée (réglage de l’appareil à une sensibilité plus élevée).

Je tiens à dire, avant tout, que toutes ces étapes sont celles réalisés par un amateur (moi). Je n’ai eu aucune formation en photographie. Je suis juste un gars qui bricole de la pellicule dans sa salle de bain et qui a envie de partager ce qu’il fait. Les résultats que j’obtiens me conviennent et ça me suffit.
Si vous avez trop peur de rater le développement de votre pellicule et de perdre toutes vos photos, confiez votre pellicule à un labo.


Les outils nécessaires :
- cuve de développement (contenant une spire, une colonne noire et un entonnoir)
- paire de ciseaux
- broc de mélange 1L
- éprouvette 100mL
- 4 flacons refermables hermétiquement (min. 500 mL)
- casserole de 4L (elle ne servira plus qu’à ça ensuite)
- sous plat
- thermomètre (genre d’aquarium peut suffire dans un premier temps mais un autre plus précis sera plus commode plus tard)
- pince essoreuse
- un spray antioxydant (ex : Tetenal Protectan Spray) (optionnel)
- un kit de produits chimiques C41

Pour faire ce développement, j’ai pris un kit Tetenal C41 permettant de faire 2,5L de solutions dilués à partir des concentrés fournis.
Vu que je ne vais pas utiliser les 2,5L d’un coup pour faire une seule pellicule, je vais préparer seulement 500mL de solution à partir des solutions mères du kit. C’est largement suffisant pour développer une pellicule à la fois en 35mm ou en 120 et on peut réutiliser les solutions dilués entre 10 et 15 fois environ en les stockant proprement.
J’ai utilisé un kit de chez Tetenal mais en existe d’autres marques et en quantités différentes : Digibase C41, Cinestill CS41, Fuji C-41 Film X-Press ...
C’est normalement à peu près les mêmes étapes et fonctionnements.

20170623_165922.jpg


1) Préparation des solutions

Les flacons vendus par Tetenal sont des solutions de concentrés à mélanger et à diluer. Ils permettent de réaliser 3 solutions dilués pour un développement :
- un révélateur.
- une solution faisant le blanchiment et le fixage.
- un stabilisateur.

20170623_170928.jpg

Je souhaite réaliser ces solutions en 500mL. Si on regarde la documentation du kit, on voit les quantités nécessaires qu’il faut :

Capture.JPG

Pour faire les solutions dilués, on a besoin du broc, de l’éprouvette et d’un entonnoir.

20170623_171109.jpg

On commence par l’eau : verser de l’eau du robinet (pas déminéralisée, certains éléments chimiques semblent utiliser des minéraux contenu dans l’eau du robinet) dans le broc et ajuster jusqu’à obtenir la quantité souhaitée pour la solution à préparer.
Ensuite, on passe aux concentrés : utiliser l’éprouvette pour doser les quantités de concentrés à utiliser puis les verser dans l’eau dans le broc. Il faut être le plus précis possible. Si l’erreur est trop importante cela aura pour conséquence de donner de moins bons résultats.

20170623_171804.jpg

Si on a bien suivit les valeurs du tableau, la quantité de solution diluée totale est bonne.
Verser ensuite le contenu du broc dans le flacon correspondant.

20170623_171951.jpg

Il suffit de faire la même chose pour les 3 solutions à diluer et c’est bon !

Si vous avez un spray antioxydant (ex : Tetenal Protectan Spray), mettez en un coup dans le flacon de concentré et le flacon de solution diluée. C’est un gaz plus lourd que l’air qui a pour effet de chasser tout l’air du flacon. Les produits argentiques réagissant avec l’oxygène en temps normal et se dégradant, ne vont plus se détériorer et dureront plus longtemps.

20170623_172054.jpg
20170623_171634.jpg

Vous pouvez stocker les concentrés dans un placard à l’abri de la lumière et de la chaleur ou carrément au congélateur.
Si vous ne faites pas de développements souvent, ça permet de conserver les concentrés très longtemps.
Je ne conseille pas de stocker les solutions dilués au congélateur également, je n’ai pas essayé et certains, sur le net, semblent avoir eu de mauvaises surprises.

20170623_172955.jpg

Quand vos bouteilles de concentré sont terminées, ne les jetez pas tout de suite ! Rincez les. Elles peuvent resservir pour autre chose !

20200714_205238.jpg

Une fois que toutes les solutions sont prêtes, mettez de l’eau chaude (dans les 40-45°C à la louche) dans la casserole, posez la sur le sous-plat, mettez-y les 3 flacons de solutions chimiques dilués et le thermomètre.

20170623_173521.jpg

Le sous-plat va permettre d’éviter de perdre la chaleur trop rapidement (surtout en hiver). Au final, cela revient à chauffer les produits au bain-marie.
Durant les moments qui vont suivre, les solutions dilués vont monter en température progressivement.

Utilisation d’un thermomètre d’aquarium :
20170623_173609.jpg
Utilisation d’un thermomètre plus précis :
20200714_205916.jpg

Petite anecdote : Si vous comptez faire des développements un soir avec des proches, évitez de boire de l'alcool juste avant. J'ai cassé 2 thermomètres en verre comme ça rien qu'à cause d'une ou deux bières ! :D

Vu que je compte faire le développement à 30°C, j’attends que l’eau (et donc les produits dans les flacons) soit à environ à 31°C.
Entre le début des opérations et le moment où la pellicule va entrer en contact avec la première solution, il va se passer un peu de temps et la température va continuer à baisser. De cette manière, je suis sûr qu’au moment où je verse la première solution, celle-ci est à la bonne température.

Attendre un bon moment ...
En hiver, en une demi-heure, c’est bon mais en été, ça peut prendre jusqu’à quelques heures pour descendre donc faites autre chose en attendant.

C’est prêt !

Utilisation d’un thermomètre d’aquarium :
20170623_203301.jpg
Utilisation d’un thermomètre plus précis :
20200714_221143.jpg


2) Développement d’une pellicule

Il y a 3 solutions utilisées lors du développement :
- le révélateur chromogène : fait ressortir l’image de la pellicule. Les atomes de l’émulsion sur la pellicule où la lumière a frappée sont converties en atomes d’argent (d’où le nom de pellicule argentique) de couleur noir sur chacune des 3 couches de lumière et un colorant, d’une couleur spécifique pour chaque couche, est lié à chaque atome d’argent.
- le blanchissement/fixage : les atomes d’argent sont dissous par le blanchiment pour ne laisser que les colorants. Le fixateur va dissoudre les zones où la lumière n’a pas provoqué de réaction par le révélateur (pas de conversion en atome d’argent). On se retrouve avec une pellicule avec seulement des colorants et plus de trace d’argent dessus.
- le stabilisateur : détruit toutes les agents organiques qui pourraient rester dans la pellicule afin de garantir une meilleure conservation et une dégradation moins rapide.

20170623_203352.jpg

Lors de l’utilisation des produits, des températures et les temps sont à respecter. Le kit Tetenal que j’utilise permet de faire un développement à 30°C, 38°C ou 45°C. Personnellement, je préfère faire le développement à 30°C. Je trouve que cette température est plus facile à gérer car elle chute moins vite et vu que les temps sont plus longs, la marge d’erreur en cas de dépassement est moins importante.

Capture2.JPG

Pour faire un développement poussé, c’est à dire développer une pellicule utilisée à une sensibilité plus élevée (poussée) que celle indiquée sur la boite, il faut rajouter laisser la pellicule plus longtemps dans le révélateur.
Il est indiqué dans la documentation du kit d’augmenter le temps de révélateur de 30 secondes par stop lors qu’on fait un pellicule poussée.

Capture4.JPG

Mais cette note dans la documentation est seulement pour un développement à 38°C.
Dans mon article sur le développement poussé, j’avais déterminé les temps pour un développement à 30°C et donné les explications sur comment j’y étais arrivé.

Les temps données par le kit sont données seulement à titre indicatif.
Avec l’expérience et des observations, j’ai finit par me faire mes propres temps :

Capture3.JPG

Par exemple, dans la documentation originale, au bout de 13-16 films pour une solution d’1L de blanchiment/fixage, le temps est de 20 minutes. J’ai remarqué que si on utilise trop longtemps cette solution, elle finissait par attaquer directement la pellicule. Pas cool. Je limite donc à 8 minutes seulement et ça marche très bien même après avoir fait plus d’une dizaines de pellicules.

Bon, le théorique c’est joli mais maintenant c’est partit !

Il faut d’abord mettre la pellicule à température.
Mettez de l’eau chaude à 30°C (celle du bain-marie par exemple) ou de l’eau du robinet à peu près à cette température (pas besoin que ça soit précis) dans la cuve.

20200714_220914.jpg

Découpez le bout de la pellicule pour enlever l’amorce.

20200714_220956.jpg

Préparez votre spire avec sa colonne noir déjà en place et éteignez la lumière. Les étapes suivantes se dérouleront dans le noir total vu qu’on va sortir le film de sa canette.

20200714_221123.jpg

Enroulez la pellicule dans la spire puis mettez là dans la cuve.
Mettez l’entonnoir en n’oubliant pas de le verrouiller en le vissant (petit « clac »). Vous pouvez rallumer la lumière.
Puis refermez la cuve avec le couvercle et laissez 5 minutes.

20200714_221354.jpg

Pour mesurer le temps, j’utilise une vielle monte LCD avec fonction chronomètre. Elle doit avoir au moins 20 ans mais marche toujours très bien.
Mais rien ne vous empêche d’utiliser autre chose, comme la fonction chronomètre sur un smartphone, tant la mesure du temps est suffisamment précise.

20200714_221435(0).jpg

Après cette première étape, enlevez le couvercle de la cuve et jetez l’eau dans l’évier.
Suivant la pellicule, la couleur de l’eau peut avoir une coloration différente ! C’est parfois amusant à voir !

Verser ensuite le révélateur puis remettez le couvercle.
Les temps données du révélateur et des autres solutions sont pour un dilution complète. Il faut donc verser l’intégralité de la bouteille dans la cuve, soit les 500mL dans ce cas.

20200714_222353(0).jpg

Mettez la cuve dans l’eau du bain-marie de casserole.

Pendant qu’un produit est en cours d’utilisation, agitez la cuve pendant 10 secondes chaque minute puis remettez la dans le bain-marie pour maintenir les produits à bonne température. Pour connaître le temps de chaque produit, reportez vous au tableau précédent.

...
--:-- / --:--
  • Télécharger ...
    • Qualité
      -

      Ça se voit que je galère à une main là ? :D

      Surveillez que la température reste bien à 30°C. Si elle descend vers 29°C, réajustez en ajoutant un peu d’eau très chaude du robinet afin de faire remonter l’eau du bain marie aux alentours de 30,5°C.

      20200714_222953.jpg

      Une fois le temps de révélateur terminé, enlevez le couvercle de la cuve et remettez la solution de révélateur dans son flacon. Elle servira pour le prochain développement.

      20200714_223237.jpg

      Si vous comptez faire un autre développement juste après, remettez le flacon dans le bain marie pour maintenir la chimie à température. Il y aura pas besoin d’attendre ensuite pour commencer le développement suivant.

      Avant de passer au blanchiment fixage, rincez le contenu dans la cuve avec de l’eau tiède à environ 30°C pour faire partir les restes de révélateur.

      Versez ensuite la solution de blanchiment fixage comme pour le révélateur.

      20200714_223454.jpg

      Et comme pour le révélateur, agitez la cuve toutes les minutes et surveillez le temps et la température puis remettez la solution de blanchiment fixage dans son flacon.

      Ensuite, rincez longuement la cuve.

      20170623_210001.jpg

      Puis versez y le stabilisateur.

      20170623_210156.jpg

      Puis remettez la solution dans son flacon et vient enfin le moment fatidique ...

      20170623_210437.jpg
      20170623_210500.jpg
      Oh ! Il y a des images !

      Déroulez la pellicule, essorez la plusieurs fois avec une pince essoreuse sans appuyer trop fort pour ne pas rayer la pellicule.
      Puis laissez la sécher tendue et légèrement lestée (avec 3 pinces à linge par exemple) pendant au moins 1 heure. Le lestage évitera que la pellicule s’entortille sur elle-même lors du séchage.

      20170623_210538.jpg
      20170623_210316.jpg
      20170623_210827.jpg


      Quelques résultats obtenus :

      20.jpg
      Pellicule: Kodak Portra 160
      Appareil photo: Minolta X-700
      Lentille: MD Rokkor 50mm + Rollei UV Filter
      Chimie de développement: Tetenal C41

      16.jpg
      Kissin' Dynamite en première partie du concert de Powerworlf
      Pellicule: Lomography Color Negative
      Appareil photo: Minolta X-700
      Lentille: MD Rokkor 50mm + Rollei UV Filter
      Chimie de développement: Tetenal C41

      29.jpg
      Pellicule: Kodak Gold 200
      Appareil photo: Minolta X-700
      Lentille: MD Rokkor 50mm + Rollei UV Filter
      Chimie de développement: Tetenal C41

      21.jpg
      Pellicule: Lomography Color Negative 400
      Appareil photo: Minolta X-700
      Lentille: MD Rokkor 50mm + Rollei UV Filter
      Chimie de développement: Tetenal C41


      Quand j’ai terminé, j’utilise ma fiche personnelle pour noter où en est l’état de mes solutions.

      20200714_225616.jpg

      Voilà ! J’espère que ce descriptif sur comment je fait mes développements a pu en intéresser quelques uns. Comme vous avez pu le voir, ça reste très amateur mais le résultat est quand même là et j’en suis plutôt satisfait et content.

      Fiche Telenal Colortec C41 2,5L : Tetenal-Colortec-C41-Kit-2.5L-Instructions.pdf
      Fiche personnelle Tetenal C41 : Fiche Tetenal C-41.pdf

      Ajouter un commentaire

      Nom/Pseudo :

      *

      Email :

      Site web :

      Commentaire :

      *

      Vérification:


      *