Jelora.fr

Réparation ordinateur Atari 520 STF

IMG_4034.JPEG

Il y a quelques temps, durant la RGC 2019, on m’a filé un ordinateur Atari 520 STF de 1986.
C’était super sympa de la part de la personne qui me l’a offert de me filer une ancienne machine informatique comme celle-ci.
De plus, je n’avais jamais eu auparavant de machine de la gamme des Atari ST.

Du coup, en rentrant chez moi, j’ai voulu l’essayer.
N’ayant jamais mis en marche un Atari ST, au début je croyais que cet ordinateur était en panne parce que j’avais juste un écran gris et des bruits dans le lecteur de disquette sans disquette à l’intérieur.
Son ancien propriétaire m’a alors indiqué de soit attendre un moment et l’ordinateur allait faire un time-out puis afficher le bureau ou de soit mettre une disquette formatée Atari ST dans le lecteur au démarrage pour que le système la détecte et affiche le bureau immédiatement.
Je n’avais aucune disquette Atari ST donc j’ai attendu. :)

Environ une minute plus tard, le bureau de l’interface utilisateur appelée le TOS s’afficha.
(The Operating System, ils se sont pas fatigués)

IMG_0114.JPEG

L’interface utilisateur permet d’utiliser une souris pour déplacer le curseur.
Si on n’en a pas, il est possible d’utiliser les combinaisons de touches clavier « ALT + flèche haut/bas/gauche/droite » pour déplacer le curseur et faire « ALT + Insert » pour faire un clic.

Ces informations peuvent paraître inutiles pour ceux qui ont l’habitude d’utiliser ce genre de machine mais tant qu’utilisateur novice, on est bien content de les trouver.

La machine ayant démarré, il est alors une bonne idée de se faire une disquette « de démarrage » formatée Atari ST pour cette machine.
Il suffit juste de formater une disquette 3,5’’ 720ko avec cette machine.
Vu que ce genre de disquette est relativement rare de nos jours, il vaut mieux utiliser une disquette 1,44Mo classique à qui ont a mis un bout de ruban adhésif sur le trou en bas à droite de tel sorte que le lecteur pense que c’est une disquette 720Ko.
Je ne vais pas détailler ici comment on utilise un Atari ST (ou STF ou STE). Ce n’est pas le sujet de l’article mais plutôt ce qui va suivre.

A première vue, il a l’air de très bien fonctionner. Je suis plutôt content de cette nouvelle acquisition ! :)

J’ai voulu ensuite le démonter par curiosité pour voir comment c’était foutu à l’intérieur.

L’appareil s’ouvre en retirant dans un premier temps les vis dans les trous carrés dessous.

IMG_4729_1.JPEG

Ces vis permettent de retirer le capot.
Et une fois retiré, on a accès au clavier qu’on peut débrancher en tirant délicatement sur le connecteur.

IMG_4730_2.jpeg
IMG_4731.JPEG

Il y a plusieurs protections métalliques qui protègent l’alimentation, le lecteur de disquettes et la carte mètre.

IMG_4732_2.jpeg

En retirant toutes, voici ce qu’on trouve :

IMG_0092.JPEG

Et là, l’œil avisé pointe directement sur un truc …
En regardant de plus près l’alimentation, j’ai remarqué qu’un gros condensateurs était bombé !

IMG_0093.JPEG

Il s’agit un condensateur 47 µF 400V chargé de redresser la tension qui provient directement du secteur.
Bon et bien ... vu son état, il ne faut plus utiliser cette alimentation tant qu’au moins ce condensateur n’a pas été changé !
S’il continue de gonfler, il risque d’éclater et de faire de très gros dégâts !

Les alimentations d’Atari ST sont apparemment connues pour tomber plus souvent en panne par rapport au reste de l’électronique.
Bon après c’est celle qui chauffe le plus et qui donne à manger à tout le reste …

Donc avant de pouvoir continuer à m’amuser avec cet Atari STF, il va falloir changer le composant défaillant.
Vu que cette machine a tout de même 35 ans, il est assez normal d’avoir ce type de composant qui tombe en panne. Il serait donc utile de les changer tous avant qu’un autre bien âgé se retrouve dans le même état.

C’est partit pour lister chaque condensateur chimique se trouvant dans cette machine !


D’abord l’alimentation défaillante. La mienne est une Mitsumi SR98.

IMG_4038.JPEG
IMG_4658.JPEG
IMG_4039.JPEG
IMG_4044.JPEG

Oui, j’ai appuyé un peu sur le gros condo bombé pour voir et c’est bien dur ! Il doit y avoir de la pression là dedans ! :D

Tous les condensateurs chimiques de cette alimentation ont été fabriqués par Nippon Chemi-Con et sont de série SM (« General purpose ») ou NM (format Snap-In « Long case size »).
Curieux choix pour ce dernier d’utiliser un condensateur avec des terminaisons Snap-in sur un PCB.
Sauf information contradictoire, tous les condensateurs chimique sur cette PCB sont des condensateurs « General purpose ». Il n’est pas indiqué d’avoir besoin de composants « Low ESR » comme on peut le trouver sur d’autres alimentations à découpage du même type.
Pour lister tous les condensateurs chimiques présents, j’ai noté les caractéristiques suivantes :
- Marque et série (quand c’est identifiable)
- Type (« General purpose », « Low ESR », …)
- Capacité
- Tension
- Dimensions physiques (Longueur, largeur et écartement des pattes si nécessaire)

Pour ceux là, j’ai pu trouver des condensateurs de remplacement provenant de chez Nichicon.

Il y a également sur cette alimentation un condensateur film de filtrage secteur fabriqué par OKAYA.
Vu la mention « 40/085/21X2 » (cachée par le fusible sur la photo), je pense qu’il doit s’agit d’un condensateur de classe X2.
Pour celui-ci, j’ai trouvé un condensateur de filtrage secteur de classe X2 provenant de chez Wima.

IMG_4400.jpeg

Voici la liste complète des pièces listés et des pièces de remplacement pour cette alimentation :

liste_condos_alim.JPG


Ensuite la carte mère :

IMG_4035.JPEG
IMG_4037.JPEG
IMG_4040.JPEG
IMG_4041.JPEG

Celle-ci est composée majoritairement de condensateurs chimiques axiaux. Seul 2 condensateurs sont des condensateurs radiaux.
Tous ont étés fabriqués par Unicon. Je n’ai pas pu déterminer de quelle série ils étaient afin de connaître leur type (« General purpose », « Low ESR », ...) sauf pour l’un d’entre eux qui a une indication précisant que c’est un condensateur chimique non polarisé mais je pense très fortement que sont tous des condensateurs « General purpose ».

Vu que les condensateurs axiaux sont de nos jours bien plus cher que les radiaux, je pense chercher plutôt des radiaux et les mettre en place dans une position particulière afin qu’ils puissent être soudés sur un emplacement pour condensateurs axiaux tout en étant moins chères, aussi efficaces et esthétiquement agréable à voir.

IMG_4634.JPEG

Pour les gros condensateurs, je vais garder le type axial.

Donc pour les valeurs jusqu’à 100 µF, j’ai trouvé des références de chez Nichicon et Panasonic.
Puis pour les grosses valeurs, ce sera des références provenant de chez Vichay.

Voici la liste complète des pièces listés et des pièces de remplacement pour la carte-mère :
liste_condos_carte_mere.JPG



Puis pour finir, il reste un dernier élément à analyser, le lecteur de disquette.

Pour le démonter, il faut retirer les 3 vis ci-dessous situés sous la machine :

IMG_4729_2.JPEG

Il s’agit d’un Epson SMD-480L.

IMG_4654.JPEG
IMG_4657.JPEG
IMG_4053.JPEG

Ce lecteur de disquette est composé de 2 PCBs.

La première, contenant l’électronique de communication avec l’ordinateur et de lecture des informations provenant des têtes et qui possède 2 condensateurs chimiques radiaux.
L’un d’entre eux est un Nippon Chemi-Con de série SXE et pour l’autre, je n’ai pas pu déterminer de quelle marque/série il était.

IMG_4055.JPEG

La seconde, qui s’occupe du contrôle de la rotation du moteur faisant tourner la disquette, possède un condensateur chimique radial soudé en surface et 4 condensateurs chimiques CMS qui présentent des traces de fuite d’électrolyte.

IMG_4056.JPEG
IMG_4058.JPEG

J’ai trouvé des références de chez Panasonic pour ces deux PCB.

Voici la liste complète des pièces listés et des pièces de remplacement pour ce lecteur de disquette :

liste_condos_lecteur_disquette.JPG



Tous ces différentes parties représentent un total de 28 condensateurs à remplacer !

Après avoir reçu les nouveaux condensateurs, c’était partit !



Profitant du fait que l’ordinateur était ouvert, j’ai voulu inspecter l’état des contacts des touches du clavier.

IMG_4611-1.JPEG

Il y a BEAUCOUP de vis !

IMG_4612.JPEG

Tous les contacts sont bon !

IMG_4616.JPEG

Par contre, je ne recommande finalement pas à personne de démonter le clavier juste pour les contacts si ceci marchent encore.
Lors de la manipulation, j’ai perdu un des petits dômes en caoutchouc et impossible de le retrouver …
Donc … il a bien fallu en commander pour le remplacer !

J’ai pu en trouver un lot d’occasion sur eBay :
dome_caoutchouc_ebay.JPG

Un mois plus tard (Ça peut être long les courriers « International Standard » depuis l’Angleterre en périodes de fêtes de Noël), je les ai reçu :
IMG_4987.JPEG

Et j’ai donc pu réparer mon erreur :D

IMG_4988.JPEG
IMG_4989.JPEG
Les dômes « décollés » ont étés placés directement sur les touches.
C’est pour ça qu’il en manque pas mal.


Donc ne faites pas comme moi pour cela. Si le clavier marche bien, laissez-le tranquille ! :D



Repartons sur les composants à remplacer ...
On reprend dans le même ordre que précédemment avec d’abord l’alimentation :

IMG_4619.JPEG

L’évolution de l’électronique faisant que les condensateurs deviennent plus petits pour les mêmes caractéristiques m’amusera toujours !

IMG_4620.JPEG
IMG_4621.JPEG

Et hop ! Une alimentation refaite !

IMG_4622.JPEG

Par curiosité, j’ai voulu contrôler l’état des anciens condensateurs avec mon testeur.
La moitié étaient à considérer comme HS ! Ils avaient soit bombé, soit perdu en capacité ou soit commencé à fuir donnant une capacité plus élevée à la mesure

IMG_4623.JPEG IMG_4629.JPEG
IMG_4624.JPEG IMG_4626.JPEG
IMG_4627.JPEG IMG_4628.JPEG



Puis vient le tour de la carte mère :

IMG_4632_2.jpeg
IMG_4637.JPEG
IMG_4638.JPEG
IMG_4639.JPEG
IMG_4640.JPEG

Et la carte mère c’est fait !
J’aime beaucoup le montage des condensateurs radiaux en position axiale. Si on ne fait pas attention, on pourrait croire que ce sont des axiaux.

Là aussi, j’ ai testé les anciens condensateurs pour les contrôler.
Certains étaient OK, d’autres « mouais », un qui a perdu en capacité et pas mal qui avaient fuit en présentant des valeurs faussés plus élevées à la mesure.

IMG_4643.JPEG IMG_4644.JPEG
IMG_4645.JPEG IMG_4646.JPEG
IMG_4647.JPEG IMG_4648.JPEG
IMG_4649.JPEG IMG_4650.JPEG
IMG_4651.JPEG



Et pour finir, le tour au lecteur de disquette :

IMG_4656.JPEG

En retirant les condensateurs chimiques CMS, j’ai remarqué que l’électrolyte qui a coulé avait commencé à attaquer les pistes. Heureusement pas assez pour faire de dégâts mais il était temps !

IMG_4655.JPEG

Vu que j’ai détruit les condensateurs chimiques CMS pour les retirer, il m’est impossible de vérifier maintenant leur état au testeur. Mais que leur électrolyte s’était échappée, il était inutile de vouloir le faire.
Pour les condensateurs traversants, un seul des 3 était défectueux.


Vient désormais le moment de tout remonter et d’allumer le bazar …

Avant d’allumer l’ordinateur, je fais un contrôle des mesures à vide de l’alimentation pour voir s’il n’y a rien qui se serait mal passé qui pourrait faire des dégâts.

IMG_4659.JPEG
IMG_4660.JPEG

J’ai 5,2V pour le 5V et 11,1V pour 12V. C’est pas le grand luxe comme précision mais ça passe.

Je branche l’alimentation sur la carte-mètre et j’active le bouton de l’alimentation puis tout fonctionne !

IMG_4666.JPEG
IMG_4705.jpeg

J’ai fait également quelques tests avec le lecteur de disquette, tout fonctionne également.

Réparation terminée !
Je peux désormais profiter sereinement de mon Atari 520 STF sans qu’il y ait un composant qui me pète à la tronche ! :D

Voici la liste complète des pièces d’origine et remplacement que j’ai utilisé :
Atari 520 STF - Composants d'origine et de remplacement.ods(fichier LibreOffice Calc, ouvrable avec Excel)

31 Décembre 2021 20:58
bien détaillé, intéressant, bon travail :) cela m'aidera le jour ou je vais relancer mon atari ;)

Ajouter un commentaire

Nom/Pseudo :

*

Email :

Site web :

Commentaire :

*

Vérification:


*